LA PRESSION INTRAMAMMAIRE CHEZ LES BOVINS APRÈS UNE STIMULATION DE LA MAMELLE OU UNE INJECTION INTRAJUGULAIRE D'OCYTOCINE. ÉTUDE PRÉLIMINAIRE

J. LABUSSIÈRE, A. DURAND, F. AYMER de la CHEVALERIE, J. F. COMBAUD
1970 Annales de Zootechnie  
La préparation de la mamelle avant la traite provoque une augmentation de la pression intramammaire analogue à celle obtenue lors d'une injection intrajugulaire de o, 5 UI d'ocytocine (fig. i et tabl. z). Le déterminisme de cette libération par le système hypothalamo-hypophysaire est probablement complexe puisque la latence de la réponse après un massage est beaucoup plus longue (environ 6 0 secondes) que celle observée lorsqu'on administre l'ocytocine ( 12 secondes) (fig. i et tabl. 2 ). La
more » ... et tabl. 2 ). La pression intramammaire ne se maintient pas lorsqu'elle atteint son niveau maximum et diminue sensiblement au cours des ou 5 minutes qui suivent le massage. Cette évolution est liée à la perte de production laitière qui résulte de temps d'attente trop élevés entre la a préparation » et la pose des gobelets (fig. I ). Les enregistrements obtenus chez la vache 8 suggèrent que certains signaux conditionnels comme l'entrée en salle de traite peuvent déclencher le réflexe d'éjection. Enfin, une deuxième stimulation de la mamelle io minutes environ après la première serait susceptible de provoquer chez quelques vaches une nouvelle décharge d'ocytocine ( fig. 3 ).
doi:10.1051/animres:19700402 fatcat:4imp7lp4endetnm4jeahpvkpra