La multifonctionnalité des forêts entre discours et pratiques : illusion ou réalité à assumer ?

Christian Barthod
2015 Revue Forestière Française  
La mise en avant de la multifonctionnalité ne cache-t-elle pas une faiblesse intellectuelle ? ». Telle est l'une des conclusions tirées par le directeur général de FCBA (1) à l'issue de la séance publique de l'Académie d'agriculture du 1 er avril 2015, organisée sur « La filière bois, 14 e filière stratégique industrielle ». Lors de cette même séance, le président de France-Bois-Forêt, l'interprofession de l'amont de la filière, a regretté « les risques que fait peser à la production forestière
more » ... oduction forestière une multifonctionnalité en tous lieux parfois partiale ». Dès la première réunion (28 janvier 2015) du groupe de travail chargé de réfléchir sur les évolutions et les objectifs de gestion durable et multifonctionnelle des forêts à échéance de dix ans, dans le cadre de la préparation du programme national de la forêt et du bois 2016-2025, l'analyse des impacts économiques et financiers de la mise en oeuvre de la multifonctionnalité de la gestion des forêts s'est imposée comme un sujet important, donnant lieu à une commande à FCBA d'une analyse des coûts induits par la mise en oeuvre de la multifonctionnalité. Au sein de l'Académie d'agriculture, il est désormais évoqué le besoin de « revoir le "dogme" de la multifonctionnalité pour (re)définir une forêt de production sur notre territoire (2) ». Rien ne saurait mieux illustrer que le concept de multifonctionnalité des forêts, tel qu'il s'est imposé dans les années 1990-2000, n'est actuellement plus un objet de consensus (si tant est qu'il l'ait jamais été) parmi les partenaires du secteur de la forêt et du bois en France. Il est donc opportun et nécessaire de s'interroger à nouveau sur ce concept et son application aux forêts européennes, et plus particulièrement françaises. La présente réflexion est celle d'un forestier qui ne rêve pas d'une forêt tout entière dédiée à la biodiversité et aux loisirs, qui estime que la production de bois est une activité noble, que le bois peut être une réponse moderne aux nouveaux défis de nos sociétés, mais qui ne partage pas les opinions de ceux qui prônent le modèle (3) de forêt de production qui motive précisément les attaques actuelles contre la multifonctionnalité des forêts. Le présent article transcrit pour l'essentiel une conférence publique, donnée à l'invitation du centre de Nancy d'AgroParisTech, le 28 mai 2015. (1) Cf. Georges-Henri Florentin, directeur général de FCBA (l'Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement), In : La revue de l'Académie d 'agriculture, n°7, septembre 2015, pp. 15-21. (2) Compte-rendu de la section Bois-Forêt de l'Académie d'agriculture, du 14 octobre 2015. (3) En l'occurrence, le singulier est nécessairement caricatural. Pour la facilité du raisonnement, je l'utilise, mais je suis très conscient que ce singulier désigne en fait une famille d'itinéraires sylvicoles, et plus encore une communauté de sensibilités et de priorités, bien davantage qu'une réalité sylvicole bien définie. Rev . For. Fr. LXVII -4-2015 -© AgroParisTech, 2015 293 294 Rev. For. Fr.
doi:10.4267/2042/59287 fatcat:rqfhwnciwbacfdmxzf2oyq2hw4