« Je n'ai qu'à défendre les droits fondamentaux, si je puis dire » !

Jean-Marie Delarue, Claire de Galembert
2014 Droit et société  
Distribution électronique Cairn.info pour Editions juridiques associées. © Editions juridiques associées. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... t de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -16/02/2020 14:40 -© Editions juridiques associées Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -16/02/2020 14:40 -© Editions juridiques associées Droit et Société 87/2014  411 « Je n'ai qu'à défendre les droits fondamentaux, si je puis dire » ! Entretien avec Jean-Marie Delarue réalisé par Claire de Galembert * Jean-Marie Delarue est Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), le premier à avoir été nommé depuis que cette autorité administrative indépendante a été créée par la loi du 30 octobre 2007. Normalien, agrégé d'histoire, féru de sociologie, il a entamé -après une brève expérience d'enseignement et suite à son entrée à l'École nationale d'administration (ENA) -une carrière dans la haute fonction publique, oscillant entre le Conseil d 'État et l'administration active au sein de différents cabinets ministériels. Au titre des fonctions qu'il occupe depuis 2008, il lui revient de veiller à ce que les personnes privées de liberté soient traitées avec humanité et dans le respect de la dignité inhérente à la personne humaine, qu'il s'agisse de personnes placées dans des établissements pénitentiaires, des établissements de santé, des locaux de garde à vue ou encore des centres et locaux de rétention administrative des étrangers en situation illégale. Dans cet entretien, il revient sur l'innovation que représente la création de cette instance, un « tournant dans l'idée que l'on se fait du respect de la légalité ». Ce tournant résulte moins d'une initiative nationale que de la pression internationale, à l'instar, souligne-t-il, de « tout ce qui concerne les droits de l'homme dans ce pays ». Il y évoque les différents aspects de sa mission qui consiste autant dans la mise en phase du droit national avec les normes internationales en matière de droits fondamentaux que dans le contrôle « continu », et non ex-post, de leur effectivité dans les lieux privatifs de liberté. Il explique comment il conçoit la division du travail avec les autres instances en charge d'objectifs proches des siens ainsi que la coordination informelle qui s'est instaurée avec les opérateurs associatifs militants en faveur de la cause des détenus. Il constate, avec une liberté de ton illustrative de son sens de l'indépendance politique, la « singularité de la pénitentiaire », particulièrement réfractaire à l'entrée des droits, et s'interroge sur la question du rapport du garde des Sceaux et des pouvoirs publics avec une administration qui semble comme livrée à elle-même.
doi:10.3917/drs.087.0411 fatcat:36vdak66ljhhtgph4j6btajvza