L'inhumain et le surhumain en Grèce ancienne

François-Xavier Ajavon
2004 Le philosophoire  
Distribution électronique Cairn.info pour Vrin. © Vrin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Vrin | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Vrin | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) inhumain et le surhumain en Grèce ancienne François-Xavier Ajavon A Sophie J. Je cherche un homme, je cherche un homme, je cherche un homme ans le cadre d une enquête philosophique générale sur l humain son statut, son histoire, son avenir il y aurait un grand profit à se pencher sur la question de la Grèce ancienne. En se demandant, précisément, quelle place la civilisation hellénique classique, celle de la philosophie et de la représentation démocratique, accordait à l humain dans sa structure, son organisation, son imaginaire et sa production littéraire ? Mais l historien butte d entrée de jeu sur une question préliminaire complexe : dans quelle mesure l homme est-il pensable en Grèce ancienne ? Et de quel homme parlons-nous ? Car l homme en tant qu individu est certainement la notion la plus difficile à aborder en Grèce, d abord parce que la langue grecque ne le permet pas. En effet le « je » de notre langue française, pronom personnel sujet de la première personne du singulier n existe pas en tant que tel dans la langue grecque, et se saisit via la jeu des déclinaisons. L ego latin est une chose impensable dans le champ de la Grèce ancienne, qui ne pense pas l individu dans sa langue ni dans son imaginaire. Ni ce qui sera l ego cartésien de la conscience, ni ce qui sera le moi freudien de la psychologie, ni non plus cet individu être humain considéré isolément de la communauté que Malraux définissait péjorativement comme un « misérable petit tas de secrets » sans intérêt. Sur le plan politique la civilisation grecque a inventé le « citoyen », mais ce dernier peut-il à lui tout seul résoudre la question de l individu et de humain, c est-à-dire la question de l homme grec. L homme grec est-il tout entier résumé dans la figure politique du citoyen ? Certainement pas. D abord le citoyen est le membre d une communauté humaine, et en tant que tel n est que la partie d un tout structuré duquel il ne se différencie pas véritablement. Ensuite, l homme grec, tout habité de superstitions religieuses, de croyances D
doi:10.3917/phoir.023.0149 fatcat:ky5aqxaoargfxhdyptpzzfkd4m