Bouche en cœur, battement de cils et tête à l'envers : rencontres et flirts à Nouakchott (Mauritanie)

Céline Lesourd
2010 L Année du Maghreb  
La séduction représente la maîtrise de l'univers symbolique, alors que le pouvoir ne représente que la maitrise de l'univers réel. 2 » Dans système des genres, les femmes maures seraient cantonnées à la sphère du privé -la tente, l'intime, le fermé -alors que les hommes circuleraient dans la sphère dite publique -celles des abords du campement, de la rue, soit « l'extérieur » et « l'ouvert ». Des hommes, des femmes : deux mondes, apparemment imperméables. Pourtant, aujourd'hui, dans la capitale
more » ... i, dans la capitale mauritanienne, malgré l'absence manifeste de lieux de rencontres, les hommes et les femmes 3 se croisent, se remarquent, se séduisent, se sourient, se frôlent, se fixent des rendez vous et s'abandonnent...Cela tout en composant avec une règle simple : osciller entre le jeu du paraitre et le jeu du secret. Vivre dans ce paradoxe : s'afficher aux yeux de tous, tout en marivaudant dans les alcôves. Nous verrons cependant que les notions privé/public s'attachent moins à des espaces déterminés qu'à des situations ; on constate que le public peut devenir privé et, à l'inverse, le privé peut devenir public. Cette lunatique porosité spatiale semble liée aux relations hommes-femmes en général et, plus singulièrement, aux relations de séduction. Le monde des regards amoureux, des coups de fils langoureux, des baisers volés ne peut se laisser découvrir. L'univers galant doit demeurer intime. Pas seulement parce que la pudeur l'impose mais parce que le monde où les femmes s'affirment comme les meneuses des passions ne peut exister de fait qu'à la dérobée. Celui où des femmes pudiques, mesurées, respectueuses, deviennent des manipulatrices, et cela face à des hommes forts, orgueilleux et courageux transformés en amants dociles, généreux et patients. PROVOQUER LA RENCONTRE : BRILLER. CAPTER LES REGARDS La phase de séduction suppose un préliminaire inévitable : la rencontre. Cette première étape, avant de pouvoir passer au badinage amoureux, consiste à se faire remarquer, se faire connaître, à paraître. S'afficher sur le marché de la rencontre. Ces premiers regards conduisent d'emblée à s'interroger sur la pertinence des oppositions entre le public et le privé. Si hommes et femmes peuvent en effet se rencontrer dans les quelques espaces de la capitale considérés comme publics -les cafés, le stade -la majorité des lieux de rencontre oscillent entre le privé et le public. 1 Céline Lesourd, docteur en anthropologie, affiliée au LAS (celine.lesourd@gmail.com). 2 J. Baudrillard, 1979 :19. 3 Nous ne développerons dans cet article, pour l'essentiel, que le cas d'hommes et de femmes de milieux fortunés. Ceux qui « s'affichent » et appartiennent au messrah (terme d'origine arabe qui signifie la scène et par extension le théâtre). Ce terme désigne la « jet-set » mauritanienne. Il convient de préciser que le messrah regroupe essentiellement des hommes et des femmes (mais surtout des femmes) d'origine essentiellement guerrière du nord et de l'est de la Mauritanie. Notons la présence également de quelques familles maraboutiques du Nord (et de l'Adrar plus particulièrement) ainsi que des hommes et des femmes d'ascendance sociale moins élevée (esclaves affranchis -hartâni/hârâtin -, forgerons par exempe). Toutefois, nous développerons quelques exemples de relations entre hommes et femmes de milieux plus modestes vivant néanmoins dans un certain confort financier.
doi:10.4000/anneemaghreb.846 fatcat:xqk3qh7dtnenjhevnq5v3bheiu