Le deuxième souffle des adaptations

Sabine Chalvon-Demersay
2005 L'Homme (En ligne)  
| pages 77 à 111 Pour citer cet article : -Chalvon-Demersay S., Le deuxième souffle des adaptations, L'Homme 2005/3-4, N° 175-176, p. 77-111. Distribution électronique Cairn pour les Éditions de l'EHESS. © Éditions de l'EHESS. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par
more » ... re établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. CES QUELQUES PHRASES de dialogue placées en épigraphe sont celles par lesquelles le chevalier de Lagardère précise à Aurore de Nevers, la jeune fille qu'il a élevée après l'avoir arrachée à la mort juste après sa naissance, dans les fossés du château de Caylus, la nature exacte de son attachement et, par conséquent, son refus d'accepter l'amour qu'elle lui propose, rompant ainsi avec le dénouement prévu par Paul Féval dans son roman Le Bossu. Nous sommes en 2004. Produite par Telfrance, la série est réalisée par Henri Helman, diffusée d'abord sur Canal Plus puis sur France 2. La scène, morale dans son propos, est d'une grande sensualité dans sa figuration. La jeune femme est légèrement vêtue, la dentelle glisse. Lagardère, incarné par Bruno Wolkowitch, est troublé, mais reste ferme. Le film se poursuit et les dernières images nous montrent en happy end Lagardère étreignant non pas Aurore de Nevers, la fille, mais Aurore de Caylus, sa mère, la veuve splendide du duc de Nevers, la femme à qui il a rendu son enfant perdue. Que signifie donc ce changement d'épilogue ? Pourquoi les auteurs-adaptateurs ont-ils choisi de donner à Lagardère la mère et non la fille ? S'il est apparu pertinent de transformer la fin, c'est qu'il y avait dans le texte original quelque chose qui paraissait aux personnes chargées de la production impossible à prendre en charge à la télévision à une heure de grande écoute. Il fallait trancher dans le vif, éclaircir les issues, dissiper une ambiguïté, refuser l'inacceptable : Lagardère ne pouvait pas épouser Aurore. Certes, il ne l'avait pas légalement adoptée. Il avait simplement choisi de la recueillir. Légalement le mariage était possible car aucune institution n'avait sanctionné un quelconque transfert de paternité. Mais les responsables de la fiction se sentaient tenus de faire respecter un nouveau VÉRITÉS DE LA FICTION L' H O M M E 175-176 / 2005, pp. 77 à 112 Le deuxième souffle des adaptations Sabine Chalvon-Demersay « LAGARDÈRE : Pour moi tu es toujours une petite fille. -AURORE : Et ça, c'est un corps de petite fille peut-être ? Je suis à toi. -LAGARDÈRE : Oui, comme une fille est à son père. -AURORE : Mais tu n'es pas mon père... -LAGARDÈRE : Je t'ai élevée. Pour moi, c'est pareil. Un jour tu tomberas amoureuse, autrement, vraiment, d'un homme dont tu ne sauras rien mais dont tu devineras tout. Il aura ton âge, ta jeunesse. -AURORE : Mais cet homme, c'est toi ! Je sais que tu m'aimes. -LAGARDÈRE : Oui, je t'aime comme ma fille et seulement comme ma fille. -AURORE : Eh bien moi, je te déteste...»
doi:10.4000/lhomme.1863 fatcat:w5bzf6gp4fer7d6ublqlobpknm