Dynamiques clientélaires et transformation urbaine à Istanbul

Ceren Ark
2015 Pôle Sud  
Distribution électronique Cairn.info pour ARPoS. © ARPoS. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... e et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 06:28 -© ARPoS Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 06:28 -© ARPoS Pôle Sud n° 42 dynamiqueS cLientéLaireS et tranSformation urbaine à iStanbuL Ceren Ark Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ________________ réSumé / absTracT Le tournant néolibéral de la politique turque depuis l'arrivée au pouvoir de l'AKP en 2002 et les projets de transformation urbaine de ce gouvernement à Istanbul ne marquent pas la fin du clientélisme comme forme de dynamique politique, mais transforment profondément aussi bien ses moyens que ses fins. Notre hypothèse est que longtemps les habitants des quartiers précaires ont pu influencer la structure du champ urbain et capter une partie de la rente de situation foncière à l'aide des relations clientélaires. Mais désormais la dynamique s'est retournée et le clientélisme, recentré sur les politiques sociales, sert désormais de support à la pédagogie politique du parti dominant en faveur de sa politique urbaine néolibérale. Dans le présent article, nous examinons cette hypothèse dans le cas de Şahintepe, un quartier précaire de l'arrondissement de Başakşehir. The neoliberal turn in Turkish politics following the rise of the AKP to power in 2002, and the urban transformation projects carried out by this government in Istanbul did not mark the end of clientelism as a political dynamic, but did bring profound changes both in its means and its ends. My hypothesis is that whereas inhabitants of informal neighborhoods had long been able to influence the urban environment and appropriate a portion of the economic rent attached to land through clientelist exchange, the dynamic has now reversed. Clientelism is now focused on access to social policies and serves chiefly as basis for the political pedagogy of the ruling party in support of its policy of neo-liberal urban transformation. In the present article, I examine this hypothesis in the case of Şahintepe, an informal neighborhood in the district of Başakşehir.
doi:10.3917/psud.042.0029 fatcat:t3edqgtei5cxlg43w67udbfafm