Approche sémiologique du «Nom»: les personnages féminins dans l'?uvre de Musset

Gilles Castagnès
2004 Romantisme  
Distribution électronique Cairn.info pour Armand Colin. © Armand Colin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.43 -30/03/2019 15h57. © Armand Colin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.43 -30/03/2019 15h57. © Armand Colin ROMANTISME n o 123 (2004-1) Gilles CASTAGNÈS Approche sémiologique du «Nom»: les personnages féminins dans l'oeuvre de Musset «Comme signe, le Nom propre s'offre à une exploration, à un déchiffrementþ[...] c'est un signe volumineux, un signe toujours gros d'une épaisseur touffue de sens, qu'aucun usage ne vient réduire, aplatir [...]», écrivait Roland Barthes dans le chapitre du Degré zéro de l'écriture intitulé «Proust et les noms» 1 . C'est dans cette «exploration » des signes que sont les noms des personnages que nous voulons nous lancer, en parcourant l'univers féminin créé par Alfred de Musset dans son oeuvre: les noms, étonnamment riches et variés, de la centaine de femmes que l'on rencontre dans les pièces de théâtre, les récits en prose et les longs poèmes narratifs de cet auteur, semblent tout particulièrement se prêter à ce type d'approche. L'étude que nous avons consacrée par ailleurs à l'oeuvre de Musset 2 contient un certain nombre d'éléments que nous rappellerons pour préciser l'orientation de cette analyse des Noms. L'« étiquette» que constitue le Nom se présente d'abord comme une «étiquette sociale institutionnalisée» 3 , qui nous renseigne sur le statut et l'état civil du personnage: on remarque, par exemple, que Musset privilégie les appellatifs constitués simplement d'un prénom («Laetitia», «Flora», «Déidamia», «Barberine», «Camille», «Marianne»...), voire d'un simple diminutif («Ninon», «Suzon», «Bettine», « Ninette», « Mariette», «Margot»...). Lorsqu'il éprouve le besoin de compléter ce prénom par un patronyme ou par un titre, c'est pour conférer au personnage un statut social ou civil plus marqué: le «mademoiselle» devant les prénoms de grisettes du conte Mimi Pinson («Mlle Mimi», « Mlle Zélia» ou «Mlle Rougette»), s'il dénote bien le célibat du personnage, doit se lire aussi comme le signe d'une respectabilité que vaut à ces jeunes filles leur occupation laborieuse; le nom de famille qui est précisé pour Brigitte Pierson dans La Confession d'un enfant du siècle, comme pour Julie Delaunay dans Les Deux Maîtresses, nous rappelle que ces femmes ont été mariées, et les titres de noblesse qui caractérisent de nombreux personnages des Comédies et proverbes, comme des Nouvelles et des Contes, situent immédiatement le statut social du protagoniste (la baronne de Mantes dans Il ne faut jurer de rien, la marquise de Parnes dans Les Deux Maîtresses, la reine Constance dans Carmosine...). Il se peut même, notamment dans les proverbes, que le personnage n'apparaisse que sous le couvert de son titre, comme la Maréchale de Louison, la Marquise d'Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, ou la Comtesse de l'Âne et le ruisseau. De même, les personnages situés à l'autre extrémité de l'échelle sociale ne sont parfois nommés que par la fonction qu'ils occupent dans l'intrigue (la 1. Roland Barthes, Le Degré zéro de l'écriture, Seuil (« Points Essais»), 1972, (1 re éd. 1953), p. 125. Comme le fait Barthes dans la suite du chapitre, nous désignerons simplement par «Nom» le nom propre des personnages quand ce terme n'est pas déterminé dans la phrase. Précisons également qu'il est important de distinguer le nom du personnage de son référent: pour marquer cette différence, nous utilisons des guillemets quand nous parlons du Nom. 2. Gilles Castagnès, Les Femmes et l'esthétique de la féminité dans l'oeuvre d'Alfred de Musset, Berne, Peter Lang, SA, Éditions scientifiques européennes, 2004, chap. IV «Onomastique», p. 81-106.
doi:10.3917/rom.123.0069 fatcat:fcv3vhglwraerpc3a2gtnhkajm