Locked Closets and Fishbowls: Self-disclosing Disabilities Locked Closets and Fishbowls: Self-disclosing Disabilities

Fiona Cheuk, Fiona Cheuk
unpublished
The dominant assumption about self-disclosure asserts that sharing information about oneself is solely a matter of individual choice. However in the context of identity disclosures, the aspect of self that is being disclosed is attached to the backdrop of the socio-political environment of which the act and agent are situated in. In this regard, it becomes questionable whether people disclosing socially stigmatized and devalued identities such as disability are truly matters of individual
more » ... of individual freedoms around choice making. This paper aims to highlight how opportunities for discussing experiences and issues involving one's disability identity are limited to formalized institutional spaces or silenced in informal spaces due to the authority of medical cognition around disability within western societies. This lessens the control and authority of disabled people over the way in which disability is understood within the society as a homogenized identity defined through third-party authorities and cannot reflect the complex and nuanced identities formed through lived experiences. By examining the parameters of self-disclosure surrounding opportunities to claim and discuss one's identity with the inclusion of disability(ies), discourses of self-disclosure can be pushed towards informal interpersonal spaces rather than limited formal spaces so as to weaken the attitudinal barriers which form the basis for disabling social structures and creates unequal citizenship. Placards fermés et bocaux à poissons : le processus de la révélation publique d'un handicap Résumé L'hypothèse dominante à propos de la divulgation de soi, affirme que partager des informations personnelles est un choix purement individuel. Toutefois, dans le contexte de la révélation publique d'une identité, l'aspect de soi qui est divulgué existe dans un contexte socio-politique LOCKED CLOSETS AND FISH BOWLS 3 où l'agent et son acte sont tous deux situés. À cet égard, il devient très suspect de considérer que, lorsque l'on divulgue des identités qui sont socialement stigmatisées et dévaluées, comme le handicap, cela demeure simplement une question de liberté individuelle et de choix personnel. Dans cet essai, je veux montrer comment les opportunités que l'on a de discuter d'expériences et de problèmes se reliant à nos identités en tant que personnes handicapées se limitent à des espaces institutionnels officiels, ou bien, qui sont réduites au silence dans les espaces plus informels due à l'autorité qu'as la connaissance médicale à propos du handicap dans notre société occidentale. Cette tendance réduit l'autorité et le contrôle que peuvent avoir les personnes handicapées sur la façon dont le handicap est conçu dans notre société. Le handicap, en tant qu'identité homogène qui ne peut être définie que par le biais d'une autorité de tierce partie, ne peuvent refléter la complexité et les nuances d'une identité formée à travers les expériences-vécues d'une personne handicapée. L'examen des paramètres que peuvent avoir la divulgation de soi, ayant trait aux opportunités d'affirmer et de discuter de son identité, incluant de ses handicaps, rends possible l'inclusion des discours d'auto-divulgation dans les espaces interpersonnels informels, au lieu d'être limité aux espaces formels seulement. Le résultat est un affaiblissement des barrières attitudinales qui forment la base des structures sociales qui nous handicape, et qui créent une citoyenneté inégale pour les personnes handicapées.
fatcat:4cu2nmn75ffsnbfxy3fppolblu