Brexit : saisir les opportunités et limiter les risques dans la finance

Anne-Laure Delatte, Farid Toubal
2017 Notes du conseil d'analyse économique  
Distribution électronique Cairn.info pour Conseil d'analyse économique. © Conseil d'analyse économique. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière
more » ... de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.83 -05/05/2020 20:12 -© Conseil d?analyse économique Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.83 -05/05/2020 20:12 -© Conseil d?analyse économique Les notes du conseil d'analyse économique, n° 45 Avec plus de 350 000 personnes employées dans la finance, 37 % du marché mondial des changes, 39 % du marché mondial des dérivés de gré à gré, ou encore la quasi-totalité du marché des swaps de taux d'intérêt en euro 1 , Londres constitue sans conteste la grande place financière de l'Union européenne et même de la zone euro. Cette spécialisation s'est construite progressivement depuis l'entrée du Royaume-Uni dans l'Union européenne en 1973, malgré le maintien du pays à l'extérieur de la zone euro. En 1975, la finance et l'assurance représentaient environ 5,25 % de la valeur ajoutée au Royaume-Uni, contre 4,32 % en France. En 2015, la France était encore à 4,48 % mais le Royaume-Uni à 7,25 % 2 . La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne -le Brexitaura des conséquences importantes pour le secteur de la finance. Selon l'accord qui sera conclu avec l'Union européenne, le Royaume-Uni pourrait perdre la possibilité de commercialiser des services financiers depuis Londres : produits d'épargne ou d'assurance, gestion d'actifs, prêts bancaires, mais aussi des services de marché comme la compensation. Ces restrictions toucheront les entreprises financières britanniques et surtout les filiales à Londres d'entreprises américaines, japonaises ou autres, qui utilisent aujourd'hui la capitale anglaise comme point d'entrée dans le marché unique. Pour déployer leurs activités au sein du marché unique européen, les banques devront obtenir des autorisations dans l'un des pays de l'Union européenne, y implanter des activités « substantielles » (management, personnel, capacité de contrôle des risques) et être régulées/contrôlées par les autorités européennes. Quant aux activités de marché, elles seront normalement soumises au régime d'équivalence réglementaire qui s'applique aux pays tiers, à moins que les Européens n'imposent la relocalisation d'activités considérées comme très « systémiques ». La présente Note s'intéresse tout d'abord aux enjeux du Brexit pour la stabilité financière et le financement des entreprises. Puis, elle met en évidence les atouts et handicaps de Paris pour attirer certaines activités qui seront relocalisées. Le Conseil d'analyse économique, créé auprès du Premier ministre, a pour mission d'éclairer, par la confrontation des points de vue et des analyses de ses membres, les choix du Gouvernement en matière économique. Présidente déléguée Agnès Bénassy-Quéré Secrétaire générale Hélène Paris Conseillers scientifiques
doi:10.3917/ncae.045.0001 fatcat:5e3uixoggjggpaftmnrhxukvz4