Avant-propos : Vers une réflexion clinique autour des soins palliatifs

Antoine Bioy
2008 Perspectives Psy  
L es soins palliatifs désignent, selon l'OMS: «une approche qui améliore la qualité de vie des patients et de leurs familles,lorsqu'ils sont confrontés aux problèmes inhérents à une maladie menaçant leur vie, grâce à la mise en place de mesures permettant la prévention et le soulagement des douleurs et des symptômes susceptibles d'apparaître en les identifiant précocement, les évaluant de façon méthodique et précise, et en les faisant bénéficier des traitements adaptés aux douleurs ou autres
more » ... uleurs ou autres symptômes physiques,psychosociaux et spirituels». Il s'agit malgré tout d'une notion complexe, et presque paradoxale. En effet,les soins palliatifs relèveraient d'une démarche médicale avant tout (avec, au centre des choses,la douleur physique) mais qui nécessiterait une prise en charge globale,puisque s'y mêlent des données physiques,psychosociales et spirituelles (nous préférons quant à nous parler,concernant ce dernier terme,d'un dimension existentielle). Autrement dit,les soins palliatifs «forcent» l'interdisciplinarité et il en découle ce que l'on nomme une «démarche palliative»,qui emprunte beaucoup à la méthodologie des Sciences Humaines,plaçant le patient et son désir avant sa maladie devenue incurable,dont les effets ne peuvent plus qu'être,au mieux,palliés. Aborder la question des soins palliatifs dans un numéro de Perspectives Psy aurait pu se faire sous différents angles. Le plus évident aurait sans doute été d'exposer ce que recouvrent les soins palliatifs d'un point de vue pratique et éthique,jusqu'aux dérives actuelles qui érigent parfois la notion de palliatif en idéologie du «bien mourir»e t donnent lieu depuis quelques années à un retour de la pensée religieuse dans des pratiques et une réflexion clinique et éthique qui gagneraient certainement à rester laïques. Mais nous avons cependant fait le choix de centrer notre propos autour de la question des soins palliatifs,d u psychisme et des pratiques «psys» qui en découlent. En effet,la période palliativee st l'occasion de multiples mouvements psychiques individuels et groupaux,qui donnent naissance à des cliniques diverses. L'accompagnement des patients ne suit pas les mêmes mouvements que pour d'autres suivis,obligeant le spécialiste du psychisme à constamment repenser sa pratique et à s'adapter à la pluralité des situations présentées. Notamment Perspectives Psy •V olume 47 • Nº3•juillet-septembre 2008•p. 215-216
doi:10.1051/ppsy/2008473215 fatcat:7c6n6km3hnawtfjtwamxiwt7ay