Une suppléance par le symptôme : un cas d'anorexie

Claude-Noële Pickmann
2003 La clinique lacanienne  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Une suppléance par le symptôme : un cas d'anorexie Claude-Noële Pickmann La structure oedipienne féminine, telle que Freud a pu la repérer auprès de ses jeunes patientes hystériques, dans la première moitié du XX e siècle, nous a appris que la question « qu'est-ce qu'une femme ? », une fille la pose d'abord à sa mère. Puis, lorsqu'elle s'aperçoit que le repérage maternel n'a fait que l'égarer, elle choisit de la poser à son père, comme si, au cours de cette enquête, elle était touchée par le pressentiment que la fréquentation avec le désir du père était plus à même de lui en apprendre un bout sur ce qui l'attend comme femme que le lien qu'elle entretient avec sa mère, aussi privilégié soit-il. Que ce soit Dora ou la jeune homosexuelle, elles montrèrent à Freud, et cela, bien avant qu'il puisse en prendre réellement la mesure, qu'une fille, dans l'OEdipe, choisit de se servir du père, de son regard désirant ou, à défaut, des signifiants de son désir, pour « tourner » en femme. C'est que, à chercher un modèle du côté de la mère, la féminité risque de se retrouver en impasse. En effet, la mère ayant été le premier grand Autre, celui de la demande primordiale, la relation d'une fille à sa mère reste toujours contaminée par la question de la satisfaction de la jouissance maternelle, que la fille choisisse de s'y consacrer, ou qu'elle cherche à s'en défendre. Ce n'est que dans ses textes ultérieurs d'élaboration de la sexualité féminine (1925)(1926)(1927)(1928)(1929)(1930)(1931)(1932), que Freud réussit à théoriser les 67 © ERES | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83)
doi:10.3917/cla.006.0067 fatcat:v46wduibjvfdtkee4yxs6myxka