Être né de l'écume / Sphères III

Peter Sloterdijk
2004 Multitudes  
être n é de l'éc u me / Sphères I I I bonnes feuilles Peter Sloterdijk · 1 8 7 L I E N S Le livre de Peter Sloterdijk,É c u m e s. S p h é r o l o gie pluri e l l e,troisième vo l u m e des S p h è r e s -traduit en fra n ç a i s, à la demande de l'auteur, avant le second (G l o b e n, S u h rk a m p, 1 9 9 9) -, projet monumental tant par son « fo rm at » que par son ambition moins philosophique stricto sensu que biosophique (selon le terme proposé par l'auteur), sort aux éditions Maren Sell
more » ... itions Maren Sell en février. Les bonnes feuilles que nous publions ici sont extraites du Prologue où l'auteur définit le Modèle-Écume comme la condition d'une néo-monadologie (la référence tardienne est omniprésente dans l'ouvrage) qui sera élevée au rang d'« onto-anthropologie expérimentale » par l'inversion, en sus du primat accordé au temps par la modernité, de la célèbre définition kantienne de l'espace -à savoir que la co-existence est ce qui rend l'espace possible dans sa const ruction par les actes expressifs des habitants (leurs i n s t a l l at i o n s) . D ' o ù , a u s s i , la provocante élaboration d'un principe anti-gravitation qui n'est pas sans produire de singulières mises en perspective dans le champ de l'urbanisme et de l'architecture (voir le numéro spécial de la revue allemande Archplus, 169 / 170, mai 2004). Concernant Sloterdijk, le lecteur de Multitudes se souviendra de l'Affaire ayant porté son nom, avec la violente controverse qui l'a opposé à Habermas en 1999 à la suite de la conférence intitulée « Règles pour le parc humain. Réponse à la Lettre sur l'humanisme de Heidegger » (éd. Mille et une nuits, 2000), sur laquelle nous étions longuement revenus dans un entretien publié dans le premier numéro de la revue («Vivre chaud et penser froid »). La lecture d'Écumes créera sans nul doute les conditions d'un tout autre débat sur ladite postmodernité, débat impliquant ce que Sloterdijk dénonce comme la « motivation religieuse » d'Empire de Negri et Hardt. Merci à Maren Sell pour nous avoir permis de reproduire ce passage, à Caroline Psyroukis et Valentin Thebault pour leur aimable assistance et disponibilité. La traduction est d'Olivier Mannoni. E A -Et pour moi aussi, pour moi qui chéris la vie, les papillons et les bulles de savon, et tout ce qui leur ressemble parmi les hommes, me semblent le mieux connaître le bonheur. Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra. -Presque ri e n , et pourt a n t : pas ri e n . Un quelque chose, et cependant : seulement un tissu formé d'espaces creux et de parois très subtiles. U n e donnée réelle, et pourt a n t : une entité qui redoute le contact, qui s'abandonne et éclate à la moindre tentative de s'en emparer. C'est l'écume telle qu'elle se montre dans l'expérience quotidienne. L' a p p o rt d'air fa i t perdre sa densité à un liquide ou à un solide ; ce qui paraissait homo-
doi:10.3917/mult.019.0187 fatcat:bzit3tnadje3biw7qv6cqlacpy