La statistique : un outil au service de la lutte contre la discrimination

Julie Ringelheim
2010 Mouvements  
Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... , est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © La Découverte | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © La Découverte | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Gouverner © La Découverte | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © La Découverte | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) 126 • mouvements n°62 avril-juin 2010 La statistique : un outil au service de la lutte contre la discrimination S'il y a un domaine où la question du fichage est particulièrement critique, c'est bien celui des « statistiques ethniques ». Utilisées dans l'histoire pour exclure, dominer et parfois exterminer, ces statistiques font l'objet de nombreuses controverses en France et plus généralement en Europe. Cependant, la conception de la lutte contre les discriminations, qui s'est développée dans la suite du droit européen, accorde une place importante aux statistiques qui deviennent un outil de défense des droits. Ce paradoxe est analysé ici par Julie Ringelheim, qui montre que les risques du fichage ne doivent pas faire oublier la protection apportée par la surveillance statistique. Le droit de l'antidiscrimination propose en quelque sorte une inversion du sens de la surveillance : ce sont les institutions et les entreprises qui font l'objet des contrôles, et les statistiques permettent de révéler les discriminations. * Juriste, chargée de recherches au FNRS, Université catholique de Louvain.
doi:10.3917/mouv.062.0125 fatcat:xogmz6wvxvdp5ehbthef4jgqly