Entre cognition et émotion : les potentialités de l'art dans l'éducation thérapeutique

Alessandra Pellecchia, Rémi Gagnayre
2006 Pédagogie médicale  
L'expérience artistique, du créateur ou du récepteur de l'oeuvre d'art, en provoquant des altérations de l'état émotionnel, fait appel à des fonctions cognitives. Problématique : Cette étude vise à éprouver l'expérience esthétique, en particulier la relation avec une oeuvre d'art, comme un support psycho-émotionnel possible dans l'expérience de la maladie. Hypothèse théorique : Des approches spécifiques de l'art, intégrées dans un programme d'éducation thérapeutique, peuvent favoriser
more » ... favoriser l'apprentissage des compétences d'autosoins et d'autosurveillance, en contribuant aux processus de : réhabilitation du sentiment d'identité et revalorisation de l'image de soi ; acceptation de la maladie et compréhension du traitement ; appréhension des représentations sociales de la maladie ; gestion des émotions. Projet -perspectives : La validation de l'hypothèse théorique ci-dessus formulée nécessite la mise en place d'un programme expérimental d'éducation thérapeutique intégrant l'expérience esthétique comme support pédagogique. Evaluation prévue : Questionnaires et entretiens pour savoir comment et combien le comportement des participants a évolué à la suite du programme ; savoir la place que les participants attribuent aux expériences esthétiques dans la mobilisation des capacités relationnelles et émotionnelles visées par le programme. Conclusion : L'expérience esthétique, intégrée dans un programme d'éducation thérapeutique, pourrait favoriser le développement de deux groupes de capacités de la part du patient : 1) pour la gestion des émotions ; 2) pour la prise de conscience d'un décalage entre les représentations personnelles et celles d'autrui ainsi qu'entre les représentations et la réalité. Mots clés Emotions ; représentations ; apprentissage ; art ; éducation thérapeutique des patients. Abstract Art, in its capacity to trigger emotional reactions and to stimulate our cognitive functions, appears to be particularly well adapted to convey educational messages. Problematic: To assess an aesthetic experiment by means of an association of a work of art (as a physcho-emotional support) with an experienced disease. Theoretical assumption: When integrated in therapeutic educational programs, specific approaches of art may help people to learn how to cure and supervise themselves by contributing in the process of: 1) the rehabilitation of the patient's identity, 2) the acceptance of one's illness, 3) the perception and representation of the illness itself and its treatment and 4) the patient's understanding of various social perceptions regarding his illness. Project: The validation of the theoretical hypothesis mentioned above requires the implementation of an experimental program of therapeutic education, which integrates the aesthetic experiment as a teaching support. Anticipated evaluation: Questionnaires and interviews will be given to in order: 1) to know how and how much the behavior of participants evolved subsequently to the program and 2) to know how participants ascribed the aesthetic experiment in regards of the mobilization of relational and emotional capacities aimed in the program. Conclusion: If integrated in a therapeutic education program, the aesthetic experiment could support the development of two different capacities: 1) managing emotions and 2) becoming aware of the shift existing between personal representations and those of others as well as the gap between representations and reality.
doi:10.1051/pmed:2006015 fatcat:yalizg3p6jazpltyt2qzo3qoz4