Les colloques scientifiques à Cerisy : un laboratoire pour de nouveaux paradigmes (1970-1984)

Mathieu Triclot
2013 Histoire Politique  
Mathieu Triclot, « Les colloques scientifiques à Cerisy : un laboratoire », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 20, mai-août 2013 [en ligne, www.histoire-politique.fr] Les colloques scientifiques à Cerisy : un laboratoire pour de nouveaux paradigmes (1970)(1971)(1972)(1973)(1974)(1975)(1976)(1977)(1978)(1979)(1980)(1981)(1982)(1983)(1984) Mathieu Triclot « Il est trop tôt pour conclure. Trop tôt pour voir et pour comprendre le sens et la signification, les enjeux et la portée,
more » ... eux et la portée, la valeur, la pertinence, l'absurdité des questions et des sujets qui ont animé nos discussions depuis une semaine 1 . » Les mots de conclusion de Paul Dumouchel, à l'issue du colloque de 1981 sur l'auto-organisation, sonnent comme un avertissement pour l'historien à venir. Ils lui assignent une tâche -produire une histoire enfin jugée et sanctionnée à l'abri du temps qui a passépour le moins difficile. Une telle histoire jugée ne peut en effet provenir que des différents domaines de savoir concernés, exigeant une généalogie minutieuse des lignées conceptuelles, à la recherche des éventuels « apports de Cerisy 2 ». À défaut de conclure quant à la validité ou à la fécondité scientifique de ce qui a été proposé à Cerisy, l'objet de cet article consiste à examiner les matériaux de ces colloques comme des documents en vue d'une question plus générale : qu'est-ce que Cerisy nous apprend sur le changement de climat intellectuel en France, dans les suites de mai 1968 et jusqu'au début des années 1980 ? Les colloques scientifiques de Cerisy présentent, de ce point de vue, l'intérêt de s'installer délibérément sur la frontière entre sciences humaines et sciences « exactes ». L'ordre du jour à Cerisy est au renouvellement des méthodologies en sciences humaines au contact des nouveaux formalismes en mathématiques, physique ou biologie. Ces colloques apparaissent ainsi en prise avec l'attention nouvelle portée aux phénomènes d'émergence et d'auto-organisation, l'insistance sur l'action des acteurs individuels au détriment des effets de structure ou encore le reflux de la référence marxiste.
doi:10.3917/hp.020.0072 fatcat:qwdj5srumjf4tcguat4xxy2jhu