Observations sur quelques fragments d'Empédocle et de Parménide

J. Bidez.
1896 Archiv für Geschichte der Philosophie  
J. Bidez. M. Stein a groupe avec un grand souci de clarte et d'exactitude les premieres solutions que le problem e de la connaissance a rencontrees cliez les Grecs 1 ). Le detail de son expose ine plait infiniment, mais je m'etonne de la conclusion a laquelle il semble aboutir. Les essais d'une theorie de la connaissance que la philosophie antesocratique a provoques avant Pheure ne seraient que des conceptions decousues, tout au plus Fapplication a une recherche accessoire des principes d'une
more » ... s principes d'une metaphysique precon^ue. L'etude de la pensee aurait fourni des appendices aux cosmogonies et n'aurait jamais devance ou determine la formation des systemes. J'avoue que cette caracteristique presenterait un double avantage: eile ne derange rien dans les classifications traditionelles, et eile servirait a illustrer ce que M. Zeller a dit de la premiere periode de la philosophie grecque. Pour lui aussi, dans cette phase de developpement, rintelligence n'en est venue a s'etudier elle-meme que parce qu'elle se retrouvait au nombre des produits de la nature, chez les dieux et chez les hommes dont on cherchait rorigine, et si meme un penseur s'etait pose ! ) L. Stein, Die Erkenntnistheorie der Stoa, Berlin, 1888, pages 1 42. Brought to you by | Universitaet Giessen Authenticated Download Date | 5/29/15 6:49 PM ;
doi:10.1515/agph.1896.9.2.190 fatcat:getqdmbhvbehxfcl5pzuz57jiy