De l'enfant-symptôme au sinthome de l'enfant : « J'ai fabriqué une bd »

Françoise Decant
2003 La clinique lacanienne  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) De l'enfant-symptôme au sinthome de l'enfant : « J'ai fabriqué une BD » Françoise Decant « Je continuerai de te faire à manger, mais je ne te parlerai plus », telle est la menace que profère devant moi Mme L. en s'adressant à son fils Xavier, 8 ans. Elle entend ainsi le punir d'être agressif à l'école avec ses camarades. Une fois sa mère sortie, Xavier m'explique qu'il s'est énervé car les autres lui disaient : « Putain de ta mère, nique ta mère, ta mère, elle est grosse. » À la violence du contenu sexuel de ces injures à caractère incestueux à peine déguisé, fait pendant, du côté maternel, une réponse qui réduit Xavier à n'être qu'une bouche qu'on remplit. Mais Xavier se défend et refuse la nourriture incestueuse : « Je ne veux plus qu'elle me fasse à manger, je n'aime pas les pâtes », s'exclame Xavier d'un ton boudeur. Cette histoire de pâtes me rappelle l'Italie et le titre du fameux film de Ettore Scola, Affreux, sales et méchants. La première fois que j'ai rencontré Mme L., elle m'a dit en parlant de son fils : « Il est menteur, sale et fainéant... ». C'est beaucoup pour un seul enfant..., mais ce que Mme L. ne supporte pas, c'est qu'il fasse dans sa culotte et aille jusqu'à lui apporter ses fèces en les tenant dans le creux de ses mains... Un symptôme est amené par la mère à l'analyste -l'encoprésie -, symptôme on ne peut plus régressif, qui indique comment 85 1. J. Lacan, « Note à Jenny Aubry », dans Enfance abandonnée, 1969.
doi:10.3917/cla.006.0085 fatcat:ohag4zef6zdo7h5xeplqxjuedq