Characterization of inland-valleys for smallholder dairy production in West Africa

CV Yapi-Gnaore, K Agyemang, B Ouologuem, P Barje, SA Adediran
2009 Agronomie Africaine  
A two-level (village or town, household level) characterization of inland-valley areas was undertaken in order to assess the potentials and constraints associated with inland-valleys agriculture production in a croplivestock system in 3 west african countries (Côte d'Ivoire, Mali and Nigeria). User groups and opinion leaders in 71 villages and towns and over 630 farm households were surveyed. Results show that information obtained from the village or town level (semi-detailed) substantiates
more » ... ) substantiates those from the household level (detailed). In the three countries, 89 -95 % of the villages/towns surveyed were located at less than 10 km to major roads or highways and 55 -90 % at less than 20 km from commercial centres, except in Mali (25 %). In Nigeria, 38 and 88 % of the villages/towns had population size greater than 5000 inhabitants, whereas few village or town had that size in Mali (22 %) and Côte d'Ivoire (5.3 %). Flooding of the valley bottom occurs almost every year, with a period extending from june to december or january, depending on the country). Farmers were aware of benefits drawn from the use of the inland-valleys to increase food and livestock production, as well as increasing cash incomes and the health status of children. They were also aware of the constraints associated with their use. These included inadequate animal feed, livestock respiratory diseases, trypanosomosis, limited animal genotype capacity and the lack of appropriate technologies. Household utilization of inland-valleys for livestock varied within and accross the three countries. Nevertheless, results showed the presence of livestock in the inland-valleys and the existence of a growing market oriented dairy activities. RESUME CARACTERISATION DES BAS-FONDS POUR UNE PRODUCTION LAITIERE CHEZ LES PETITS FERMIERS EN AFRIQUE DE L'OUEST Des caractérisations semi détaillées et détaillées pour définir les potentialités, opportunités et contraintes liées à l'utilisation des bas-fonds pour la production laitière dans un système d'association agricultureélevage, ont été faites auprès des chefs de groupes de 71 villages ou villes et de plus de 630 chefs de ménages au Nigeria, en Côte d'Ivoire et au Mali. ). Les villages ou villes enquêtés sont situés pour la plupart (89 -95 %) à moins de 10 km des routes principales et à moins de 20 km des centres urbains (55 -90 %), sauf au Mali (25 %). Au Nigeria, 38 et 88 % des villages ou villes ont une taille de populations supérieure à 5000 ; alors que peu de villages ou villes ont cette taille au Mali (22 %) et en Côte d'Ivoire (5,3 %). L'innondation des bas-fonds a lieu presque tous les ans avec des périodes allant de juin à decembre ou janvier, selon le pays. Les informations fournies par les chefs de ménage confirment celles des chefs de groupes. Ainsi, les fermiers reconnaissent le rôle bénéfique des bas-fonds dans l'accroissement de la production végétale et animale, du revenu, et de la santé des enfants. Ils sont aussi conscients des contraintes liées à leur utilisation, à savoir, le manque d'aliment pour le bétail, les maladies respiratoires, la trypanosomiase, les limites de production des races d'animaux et l'absence de technologies de production appropriées. L'utilisation des K. AGYEMANG et al., bas-fonds et de leurs ressources varie entre les trois pays et à l'intérieur d'un même pays. Cependant les résultats ont montré la présence de cheptel dans les bas-fonds et l'existence d'activités croissantes de production laitière à but commercial. Ceci montre les potentialités des bas-fonds en production laitière.
doi:10.4314/aga.v18i2.1684 fatcat:czrkyognxndbladhvwhezitugq