Éstimations résiduelles de l'émigration internationale selon la langue maternelle, Québec, 1971-1976

Renée Malo, Robert R. Bourbeau, Norbert Robitaille
1982 Cahiers québécois de démographie  
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org Article « Éstimations résiduelles de l'émigration internationale selon la langue maternelle, Québec, Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit
more » ... i sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Document téléchargé le 12 février 2017 01:03 RESUME Le recensement du Canada est soumis principalement à des erreurs de dénombrement et de déclaration. Ces erreurs interviennent de façon importante lors de l'estimation de l'émigration internationale par des méthodes résiduelles, plus particulièrement dans le cas d'estimations selon le groupe linguistique. Pour la période 1971-1976, les auteurs obtiennent une estimation négative du nombre d'emigrants anglophones du Québec. Dans ce cas, les erreurs qui accompagnent l'effectif d'émigrants sont au moins équivalentes sinon supérieures au résidu négatif. Suite & l'examen des problêmes liés aux données du recensement qui entraînent ces erreurs, certaines corrections sont présentées concernant le sous-dénombrement, les déclarations multiples et les changements de déclaration de langue maternelle. Les auteurs terminent en s'interrogeant sur la pertinence de ces corrections. * Office de planification et de développement du Québec, Direction des synthèses socio-économiques, 1060 Conroy, Bloc 2, 3 e étage, Québec, QC, GlR 5E6. Le recensement du Canada n'est pas une source de données exempte d'erreurs; les erreurs de couverture (sous-dénombrement et surdénombrement) et de déclaration comptent parmi les plus importantes. Le niveau général du sous-dénombrement depuis 1966 rend compte de l'importance de ce phénomène: au Canada, les taux de sous-dénombrement estimés à la suite des recensements de 1966, 1971 et 1976 sont respectivement de 2,62%, 1,93% et 2,04% tandis qu'ils sont légèrement plus élevés au Québec avec 2,95%, 2,10% et 2,95% (H.A. Puderer, 1980). D'autre part, on a pu * Office de planification et de développement du Québec, Direction des synthèses socio-économiques, 1060 Conroy, Bloc 2, 3 e étage, Québec, QC, GlR 5E6. ** Université de Montréal, Département de démographie, CP. 6128, Succursale A, Montréal, QC, H3C 3J7. Cet article a été effectué dans le cadre d'une recherche sur la migration des groupes linguistiques, recherche financée par le Conseil de la langue française du Québec.
doi:10.7202/600867ar fatcat:wmfqqo2btvdipehmmi5tkk2kla