Le rêve sollicité : un thème de la magie rituelle médiévale

Julien Véronèse
2007 Sociétés & Représentations  
Distribution électronique Cairn.info pour Publications de la Sorbonne. © Publications de la Sorbonne. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière
more » ... quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.237.211 -03/07/2015 20h12. © Publications de la Sorbonne Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.237.211 -03/07/2015 20h12. © Publications de la Sorbonne J. Véronèse, « Le rêve sollicité : un thème de la magie... », S. Rêves et visions, parfois difficiles à distinguer, sont si nombreux dans les textes du Moyen Âge qu'ils n'ont cessé de fasciner les historiens. À partir des années Soixante-dix, les tenants d'une « histoire des mentalités » teintée d'anthropologie leur ont accordé un intérêt tout particulier, qui ne s'est guère démenti depuis. Il est vrai que le rêve (somnium), que l'on peut définir comme la vision intérieure du sujet endormi, est à même d'apporter un éclairage particulier sur les rapports qu'entretient l'homme médiéval avec son environnement social. Objet d'une relation écrite, rapporté comme une suite d'images et/ou de sons, le songe est un moment situé hors du temps objectif, d'autant plus précieux qu'il est menacé par l'oubli ; porteur d'un message clair (parfois de portée politique) ou nécessitant une interprétation, il ouvre sur des territoires où l'esprit humain, hors de toute contrainte corporelle, peut divaguer et, souvent, s'instruire des vérités chrétiennes 1 . En dépit du miroir déformant que constitue toute mise en ordre narrative, le rêve, en particulier le rêve à la première personne, est aussi le parfait sésame pour appréhender une subjectivité fuyante, à une époque où l'« individu », dans sa relation à Dieu comme dans le jeu des liens d'homme à homme, n'a qu'une autonomie limitée 2 .
doi:10.3917/sr.023.0083 fatcat:ajztrdwcdrhkzaz3rag2wqyyja