La mathématique dans ses rapports avec la physique

M. Emile Picard
1908 Il Nuovo Cimento  
65 I tA MATIIZHATIOUE 1qANS ,qEs RAPPORTS AVEC LA I~HY$IOU]K '). Par M. ]~MILE PICARD. J' entendais un jour soufenir ~ un ~minent mficanicien que les math&naticiens ne sont pas s lent place dans les sections scientifiques des Soci6t6s savantes. II estimait qu' ils devaient trouver asile darts quelqne section de Philosophie ou de Logique d' une Acad&nie des Sciences morales et politiques. Mort savant ami, en ~|nettant ceLte boutnde, ne pensai~ ~videmment qu'h certains travanx de philosophie
more » ... de philosophie math~matique, assez en honneur aujourd' hui, qu'il jugeait sa~ls bienveil]ance et re. gardair comme des d~bauches de logiq~e des math&naticiens. I,a r6poase 4tait facile, et les raisons sont ~videntes, pour lesquelles, dans les Universit~s et les Acad&nies, les math~maticiens ibnt pattie des m6mes groupements que ]es savants adonnfis ~t l'~tude de la nature: le contact a en effet toujours 6t6 inlime entre la Mathbma(ique et la Physique. Ce sujet a ~t~ bien des ibis trail6. Il n'est peut-6tre pas sans int~r~t de le reprendre, en jelant un coup d' ceil sur le pass~ et cherchant & en tirer quelque enseignement pour l'avenir; c' est ce que je me propose de faire dans ce discours. I. II n'est pas douteux que les Math6mafiques eurent longtemps ua caract~re experimental. La O&)m~trie t'ut d' abord une branche de la Physique, et des propositions assez cach~es, comme la propri~lb de l'hypol6nuse d'un triangle rectangle, t'urent d6couvertes par l'exp~rienee; & ces fipoques reculfies, la Science appara~t avec un caract~re surtout utilitaire. On 1) Conf6renca faite au IV Congrbs international de Math~maiiques. Rome, IO avri! 1908. ,.~rie V. Vol, XVZ.
doi:10.1007/bf02712265 fatcat:mul6qktgbfhanmfuymz3sa25m4