Le retour du juridique comme dimension constitutive des théories critiques des relations internationales ?

Frédérick Guillaume Dufour
2008 Études internationales  
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org Article « Le retour du juridique comme dimension constitutive des théories critiques des relations internationales ? » Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi
more » ... sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Document téléchargé le 10 février 2017 06:50 Revue Études internationales, volume XXXIX, n o 1, mars 2008 Le retour du juridique comme dimension constitutive des théories critiques des relations internationales ? Frédérick Guillaume DUFOUR* RÉSUMÉ : Dans la discipline anglo-américaine des relations internationales (RI), la frontière entre l'étude des RI et celle du droit international (DI) est devenue de plus en plus étanche au cours du 20 e siècle. Les théories critiques, n'échappent pas à ce traitement instrumental du DI. Si plusieurs tiennent un propos plutôt empirique sur le droit, d'autres développent des stratégies théoriques afin de faire du droit une dimension constitutive de leur théorie. On se propose ici d'explorer deux tentatives des théories critiques de développer une relation plus dynamique avec les catégories juridiques. La première est celle de Jürgen Habermas de renouveler une théorie cosmopolite des RI ; la seconde est celle de Benno Teschke de faire du droit une catégorie cognitive centrale pour une sociologie historique des RI articulée autour du concept de relations sociales de propriété. ABSTRACT : In the Anglo-American discipline of International Relations (IR), the boundaries between IR and International Law (IL) have become increasingly unclear during the 20 th Century. Traditional and critical theories of IR altogether tend to treat IL in an instrumental manner. Many theories do have something empirical to say about International Law ; however, few have managed to incorporate law as a constitutive dimension in their theoretical framework. This article seeks to explore two attempts to develop such a relation with juridical categories. The first is Jürgen Habermas' tentative to renew a cosmopolitan vision of IR ; the second is Benno Teschke's one to articulate an historical sociology of IR with the concept of social property regime.
doi:10.7202/018719ar fatcat:noeshwu7xvfqfidirlbfp6ezui