Adultère présidentiel et politisation

Frédérique Matonti
2014 Politix  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... st précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Résumé -En janvier 2014, le journal people Closer a publié des photographies sur la liaison sentimentale présumée entre François Hollande et l'actrice Julie Gayet. L'article, en se basant sur des entretiens avec des journalistes politiques et des directeurs de journaux, analyse les différents moments de cette petite crise politique qu'est le « Gayetgate ». La révélation de l'hospitalisation de Valérie Trierweiler constitue un tournant. Dès celle-ci, l'adultère présumé du Président est vu comme un événement politique et non comme un événement privé. À la fin de la crise, la sexualité présidentielle est devenue un objet légitime du commentaire politique. L'article examine ensuite, d'une part, les précédents (par exemple, la publication de rumeurs sur le couple Royal-Hollande pendant la campagne de 2007) et, d'autre part, les conséquences possibles de la politisation de la sexualité des professionnels de la politique.
doi:10.3917/pox.107.0117 fatcat:av3fw4md2rcblgot3jbbgkubzu