Refuser, revendiquer, accorder l'amnistie

Sophie Wahnich
2003 Lignes  
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions Léo Scheer. © Éditions Léo Scheer. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) SOPHIE WAHNICH REFUSER, REVENDIQUER, ACCORDER L'AMNISTIE L'amnistie comme « politique » 1. Thrasybule, après avoir chassé du pouvoir les trente tyrans d'Athènes en 403 avant J.C., proposa à l'Assemblée des citoyens de voter une loi considérée aujourd'hui comme une première amnistie. Nicole Loraux nous invite à revenir sur le dispositif civique qui devait conduire à la réconciliation : un décret -« Il est interdit de rappeler les malheurs » ; un serment prêté à la première personne -« Je ne rappellerai pas les malheurs » ; une exception -l'interdit de la mémoire ne s'applique pas aux trente tyrans. Seuls les chefs sont donc déclarés responsables du sang versé. Le nom de chaque Athénien est alors inscrit sur une stèle où « il est simultanément citoyen et idiotes [simple particulier] à la fois encadré par les structures institutionnelles [...] et invité à jurer en son nom propre.
doi:10.3917/lignes1.010.0025 fatcat:vajjbibl6rd6bkd5x3wcux5neu