De la paternité, de la maternité et du féminismeen

Irène Jami, Patrick Simon
2004 Mouvements  
Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... , est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.243 -04/12/2015 01h24. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.243 -04/12/2015 01h24. © La Découverte MOUVEMENTS N°31 janvier-février 2004 • 45 Figures médiatiques à succès, reflets de mutations des rapports entre les genres, les « nouveaux pères », que les sociologues peinent à cerner, rencontrent le scepticisme des féministes. Au point que certaines, de façon surprenante, ont accueilli la récente loi sur l'autorité parentale comme un inacceptable retour en force du patriarcat. La paternité, dans nos sociétés, connaît-elle de véritables transformations susceptibles de modifier les rapports de domination ? Nous avons interrogé à ce sujet Michèle Ferrand, sociologue, chercheuse au CNRS. Mouvements : Nouveaux pères, nouvelle paternité : cette terminologie correspond-t-elle à une véritable transformation susceptible de modifier les rapports de domination ? Michèle Ferrand : La définition de la paternité, comme celle de la maternité, est un enjeu des rapports entre les sexes. Il y a indéniablement eu une évolution. Il ne suffit pas de dire, comme un certain nombre de femmes autour de moi, « plus ça change, plus c'est pareil », d'en appeler d'une manière incantatoire à la domination masculine. Les féministes ont mis en évidence le caractère historique de la construction sociale des sexes, dénaturalisé les rapports entre les femmes et les hommes, et remis en cause l'analyse fonctionnaliste de la famille, et en même temps nous continuons à présenter la domination masculine comme un invariant. La domination masculine existe, elle a existé sous diverses formes dans beaucoup de sociétés et probablement partout (on ne le saura jamais). Elle existe dans notre société, mais on ne peut pas dire que c'est toujours la même qui fonctionne à l'identique. La domination masculine s'articule avec les autres rapports sociaux, notamment de classe et ne prend pas les mêmes formes partout. On le voit clairement lorsque l'on travaille sur certains pays du sud : elle a plus ou moins de force selon les types de société. Pour la paternité, c'est la même chose : on ne peut pas parler de la paternité en soi. La paternité est le fait d'avoir un enfant à un moment donné de sa trajectoire dans une société donnée. ENTRETIEN RÉALISÉ PAR IRÈNE JAMI ET PATRICK SIMON De la paternité, de la maternité et du féminisme : entretien avec Michèle Ferrand* * Sociologue. Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.243 -04/12/2015 01h24. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.243 -04/12/2015 01h24. © La Découverte 46 • MOUVEMENTS N°31 janvier-février 2004
doi:10.3917/mouv.031.0045 fatcat:cey2jx65o5codlvugmzx47fzye