Devenir parents

Bertrand Geay, Pierig Humeau
2016 Actes de la Recherche en Sciences Sociales  
Distribution électronique Cairn.info pour Le Seuil. © Le Seuil. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... rdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) ACTES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES numéro 214 p. 4-29 Bertrand Geay et Pierig Humeau Devenir parents Les appropriations différenciées de l'impératif de procréation Peu de comportements sociaux semblent aujourd'hui aller autant de soi que celui consistant à vouloir « avoir un enfant ». D'un côté, l'accès à la procréation ou à l'adoption concerne une très forte majorité de la population (90 % des femmes et 84 % des hommes nés juste après la Deuxième Guerre mondiale 1 ) et s'impose comme norme partagée par la quasi-totalité des groupes sociaux. D'un autre côté, quand on interroge de futurs parents sur ce qui conditionne leur décision d'avoir un enfant 2 , ces derniers évoquent une décision irréductible à des conditions sociales particulières. Dans toutes les catégories socioprofessionnelles, les enquêtés sont toujours plus nombreux à récuser que la situation financière du ménage, la taille du logement, la santé, la possibilité de faire garder les enfants ou le fait que l'homme ou la femme disposent d'un travail, aient pu influencer leur décision d'engendrer. Cadres supérieurs, employés, ouvriers ou chômeurs, chacun revendique donc le droit à sa reproduction. Longtemps attribuée à l'influence des religions, et en particulier à celle de l'église catholique, cette norme sociale s'est perpétuée en France, alors même que les croyances et les pratiques religieuses y subissaient un recul sans précédent, dans la deuxième moitié du XX e siècle. Avec l'extension du salariat et de la scolarisation, les bases du familialisme traditionnel se sont peu à peu effondrées 3 . La nouvelle morale familiale dominante, en même temps qu'elle a promu les droits des individus et réévalué les
doi:10.3917/arss.214.0004 fatcat:q5pzvmjj2nbnbet5z2k7ncl4f4