Traduction des énoncés en incise du discours direct : l'apport de la linguistique contrastive

Lucie Gournay
2013 Études de Linguistique Appliquee  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... ord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. TRADUCTION DES ÉNONCÉS EN INCISE DU DISCOURS DIRECT : L'APPORT DE LA LINGUISTIQUE CONTRASTIVE Résumé : Grâce aux travaux en linguistique contrastive développés par Jacqueline Guillemin-Flescher (entre autres Guillemin-Flescher 1981 , 1984 , 1993 et ses successeurs (voir les auteurs dans Contrastes, Gournay et Merle 2004), le cours de traduction, partout où il est enseigné par des linguistes rompus à l'exercice de traduction, est le lieu d'une prise de conscience des spécificités récurrentes des deux langues en contact. Ces spécificités, qualifiées d'énonciatives, apparaissent au niveau lexical, intra-phrastique ou interphrastique. Elles sont à lier, pour chaque langue, à la façon dont le locuteur se situe a) par rapport à son propos b) par rapport au co-locuteur, c) au sein d'un type de discours. Dans cet article, je propose de présenter les problèmes de traduction posés dans le discours narratif par les énoncés en incise dans les dialogues, comme dans "Always runnin'," I said. / -Toujours en courant, précisai-je. (trad. publiée). En effet, l'étude des énoncés en incise permet de présenter en cours de traduction les 3 niveaux sus-mentionnés où s'illustrent les différences énonciatives récurrentes entre l'anglais et le français. Ce fait de langue constitue ainsi un point d'entrée dans les études contrastives appliquées à la traduction littéraire d'autant plus intéressant qu'il permet aussi d'aborder l'articulation entre récit et discours au sein des narrations. Reprenant l'apport de Gournay 2000 et à partir d'observations quantifiées faites sur un corpus de traductions publiées de l'anglais vers le français, on mettra en avant les spécificités énonciatives des énoncés en incise en anglais et en français. Des problèmes de traduction seront identifiés, concernant la traduction de SAY, de l'incise complexe, l'omission de l'incise. Dans l'optique de l'apprentissage à la traduction, les schémas dégagés ont pour fonction d'alerter sur les choix qu'il est nécessaire de faire pour rendre la production « traduite » la plus proche possible d'une production écrite dans un contexte unilingue.
doi:10.3917/ela.172.0397 fatcat:7gk6m5d5czbtpofqdsjdrcejim