Considérations sur le problème boïen

Miklós Szabó
2015 Acta Archaeologica  
The problems of Boius history have their roots in the identification of antique Boiohaemum with medieval Bohemia, an interpretation that has its origins in the tenth century. Any attempt to localize their territory, consideration must be taken of the fact that according to Tacitus, Strabon and other antique writers, this region incorporated the settlement area of King Marobodus and his Marcomanni, the so-called Bouiaimon. Other data suggest that the "land of the Boii" was a forest between the
more » ... per course of the Rhine River and present-day eastern Slovakia, along the Danube. The Marcomanni expelled the Boii from this area at the end of the first century BC. On this basis it may be hypothesized that the settlement area of this Celtic tribe was located somewhere in present-day south-western Slovakia. The settlement of the Boii in present-day Czech Republic, however, is a historical topos. Clarifying the correct location of this tribe may contribute to a better understanding of the development and history of the Boii in Pannonia." Le fond du problème est constitué par l'identification médiévale de l'ancien Boiohaemum (Bouiaimon) de Marobod, sous forme de Bohemia, au territoire de la Bohême actuelle, unifié par les princes de Prague au X e siècle. 1 Il s'agit d'une époque historique où des nouvelles nations d'Europe cherchaient leur identité. Ainsi, les Hongrois étaient parfois identifiés aux Scythes ou aux Huns d'Attila, les Polonais aux Sarmates. Nous devons à K. Zeuss la réception de cette identification pour l'histoire dans son étude "Die Deutschen und die Nachbarstämme", publiée en 1837 qui, dans ce qui suit, a été quasi généralement acceptée par les recherches protohistoriques. 2 En réalité, il s'agit de la naissance d'un topos, d'un lieu commun, étant présent même aujourd'hui dans l'interprétation des connaissances géographiques de l'antiquité relatives au monde des Celtes orientaux. Alors, si le nom de la Bohême historique dérive directement de l'ancien Boiohaemum, dans ce cas-là cette région précise devait correspondre à la patrie des Boïens. Les conséquences de cette idée étaient multiples, ainsi les hypothèses concernant des mouvements migratoires des Boïens du territoire de Bohême vers l'Italie ou le bassin des Carpates. La localisation du Boiohaemum est cependant inséparable de celle de la forêt Hercynienne (Herkynios ou Orkynios drymos, Hercynia silva), à l'intérieur de laquelle se trouva selon Strabon (VII, 1,3), Tacite (Germania 28), Velleius Paterculus (II, 109) le Bouiaimon du roi Marobod et de ses Marcomans. Tacite confirme que les Boïens ont été chassés par les Marcomans. (Germ. 42.) De la sorte, "la patrie des Boïens" faisait partie de cette forêt, comme l'affirmait entre autres à plusieurs reprises Velleius Paterculus (II, 108-109) mentionnant en plus Carnuntum, comme la ville du Norique la plus proche de cet endroit. Il est donc fautif de prétendre que ces deux notions géographiques correspondaient totalement l'une de l'autre. Pour cette idée fausse citons à titre d'exemple l'interprétation de J.-J. Hatt du passage de Tite-Live (V, 34) évoquant le synchronisme de l'invasion celtique vers l'Italie et la forêt Hercynienne, selon laquelle il faut mettre en 1
doi:10.1556/072.2015.66.2.1 fatcat:n6vy66wzh5datb7yrzy6wqwfke