Chemins de pensée, chemins coutumiers. Espace et parole en Kanakie

Alain Kerlan
2012 Le Télémaque  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Caen. © Presses universitaires de Caen. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... re que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Presses universitaires de Caen | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Presses universitaires de Caen | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Le Télémaque, n o 41 -mai 2012 -p. 75-88 DOSSIER : VÉRITÉ DE L'ÉTRANGER Chemins de pensée, chemins coutumiers. Espace et parole en Kanakie Résumé : La rencontre avec l'étranger serait d'abord l'expérience d'un ébranlement dans nos habitudes d'être et de pensée, comme l'illustre le voyage en Nouvelle-Calédonie où l'auteur avait été invité pour faire des conférences. Prendre la parole se heurte à des difficultés insoupçonnées, exige d'entrer dans un système de partages auquel il faut s'initier : dons et contre-dons dessinent un espace où il est possible de se (re)connaître l'un l'autre, espace très particulier, émotionnel et réglé, symbolique et protégé. Cet espace, l'auteur le retrouve à l'école maternelle dans le "coin langage", au théâtre, dans les dessins d'enfants. La rencontre avec l'étranger est donc l'expérience d'un espace autre, soit aussi d'une liberté nouvelle et d'une altérité singulière. Les deux peuvent se rejoindre dans des pratiques inédites, faites de parcours sinueux et de subtils tissages. Quel voyageur occasionnel, quel touriste pressé n'a jamais cherché dans les pages d'un guide "la bonne adresse", celle du lieu où lui serait enfin assurée la pleine rencontre avec cet étranger sans lequel le voyage resterait inaccompli ? Il me vient en mémoire un souvenir assez cocasse et dont la leçon ne peut être méditée sans le secours d'une ironie somme toute salutaire. J'étais donc pour quelques jours à Rome cette année-là, je crois bien que c'était pour la première fois, et j'avais relevé, dans un célèbre guide touristique dont je tairai le nom, l'adresse d'une Trattoria dont on m'assurait qu'elle était particulièrement fréquentée par de "vieux Romains". Très bien ! Voilà ce qui nous convenait parfaitement, et nous nous empressâmes, mon épouse et moi-même, de nous y rendre dès le premier soir. Las, la salle bourdonnait des conversations des nombreux touristes sans doute tout comme nous alléchés, et déjà, à cette époque un peu lointaine, les touristes japonais y figuraient en nombre. Qu'à cela ne tienne, Einmal ist Keinmal, une fois n'est rien et ne fait pas loi, et le second soir, nous faisions à nouveau notre entrée parmi les "habitués romains". Ce n'étaient plus les mêmes touristes, ce n'étaient plus les mêmes tablées japonaises, mais il n'y avait là ce soir-là, comme le soir précédent, que le lot quotidien quoique renouvelé des touristes alléchés, japonais ou non. Il ne fallait pas chercher plus loin : nous étions devenus, Mireille et moi, au terme des deux premiers jours de ce bref séjour, les seuls et "authentiques" habitués romains des lieux ! 1. J'ai rendu compte de certains aspects de cette aventure philosophique dans un ouvrage dont Denis Simard et moi-même avons assuré la direction. Cf. A. Kerlan, « Paul Ricoeur en Kanakie », in Paul 6. H. Michaux, « Essais d'enfants, dessins d'enfants », in Déplacements, Dégagements [1985], in
doi:10.3917/tele.041.0075 fatcat:ktbibp4w4jcwheqak35xmkqffi