Lecture littéraire et « enroulement spiralaire » : le défi de la bifurcation

Nicolas Rouvière
2020 Pratiques  
Éditeur Centre de recherche sur les médiations (CREM) Référence électronique Nicolas Rouvière, « Lecture littéraire et « enroulement spiralaire » : le défi de la bifurcation », Pratiques [En ligne], 187-188 | 2020, mis en ligne le 12 décembre 2020, consulté le 20 décembre 2020. URL : Dans un article intitulé « Compréhension, interprétation, explication », B. Shawky-Milcent (2020) distingue deux approches différentes de la lecture littéraire chez les didacticiens de la littérature. Si un
more » ... ture. Si un consensus existe autour de la conception d'un va-etvient dialectique entre participation et distanciation (Dufays, Gemenne, Ledur, 2015 ), ainsi que sur la nécessité d'accueillir les réactions subjectives des élèves pour permettre une appropriation des textes, la chercheuse différencie une approche « alternante » de la lecture littéraire, et une approche qu'elle qualifie d'« enroulement spiralaire ». La première, qu'elle réfère aux travaux de J.-L. Dufays (ibid.) et de S. Ahr (2013), dans le prolongement des propositions de M. Picard (1986), fait alterner « les phases tournées vers la subjectivité du lecteur et les phases réflexives », pour qu'une interprétation fondée sur l'objectivation analytique du texte dépasse la compréhension première. La seconde, représentée par les travaux de M.-
doi:10.4000/pratiques.9041 fatcat:2tr6ikik3nb55ba3y7emkrylc4