A Constructionist-based approach to the pragmatic component of pragmatemes: The case of affixed pragmatemes
Une approche constructionniste de la composante pragmatique des pragmatèmes : le cas des pragmatèmes apposés

MªIsabel González-Rey
2020 Romanica Olomucensia  
A Constructionist-based approach to the pragmatic component of pragmatemes: The case of affixed pragmatemes Abstract: This study focuses on the characterization of pragmatemes within the theoretical framework of the Grammar of Constructions (GC), since the GC principles designed on the basis of a usage-based approach to language are most likely to be able to describe this type of construction. Indeed, the definition of pragmatemes as units linked to a given enunciation situation makes them
more » ... ion makes them particularly appropriate for being approached from the constructionist foundations. To demonstrate the relevance of this theoretical framework in the characterization of pragmatemes, the concepts of pragmatic scenario (Legallois), causal chain, and perlocutionary causality modality (Verlesch) are used on a series of examples drawn from a particular type of pragmatemes, affixed pragmatemes, defined as pragmatemic statements associated with "dedicated" supports (Varga). The detailed analysis of these examples allows us to show the unavoidable presence of the pragmatic component in the description of affixed pragmatemes, and thus, in that of pragmatemes in general. A final result of this case study is the need to make this component explicit in the characterization of pragmatemic statements at a level differentiated from the levels of schematization and specification particular to the description of constructions made according to a constructionist approach. Résumé : Cette étude porte sur la caractérisation des pragmatèmes dans le cadre théorique de la Grammaire de Constructions (GC) dont les principes conçus sur une approche de la langue fondée sur l'usage sont les plus à même de pouvoir réaliser la description de ce type de constructions. En effet, la définition des pragmatèmes en tant qu'unités liées à une situation d'énonciation déterminée les rend particulièrement appropriées pour être Une approche constructionniste de la composante pragmatique des pragmatèmes... Choix terminologique et définition Dans l'intention, d'une part, de contribuer à une homogénéité terminologique qui manque de toute évidence dans le domaine phraséologique, et d'autre part, de définir le phénomène pragmatémique dans un cadre théorique mettant en valeur sa composante pragmatique, nous choisissons la dénomination de « pragmatèmes » pour nommer des éléments que nous décrirons selon les principes de la GC. Nous justifierons, tout d'abord, ce choix terminologique et nous avancerons, ensuite, une définition qui nous permettra de présenter une caractérisation du phénomène dans une perspective constructionniste. Ainsi, en ce qui concerne la dénomination de pragmatème, qui commence à être la plus répandue parmi les spécialistes (Blanco 2010 ; Blanco et Mejri 2018, etc.), surtout dans le cadre de la phraséologie, pour désigner ce type d'énoncés phraséologiques, elle a été créée par Mel'čuk (1995) à partir, manifestement, de l'hellénisme « pragmatique » 3 , auquel il a ajouté l'unité pertinente et minimale -ème, qui sert à désigner, de façon explicite, des éléments phraséologiques dont la valeur pragmatique les signale d'emblée comme tels. À l'instar du mot phrasème, issu, lui aussi, de la combinaison du terme « phrase » et du même suffixe pour nommer les unités propres du domaine phraséologique, le néologisme pragmatème naît comme hyponyme d'une catégorie concrète de phrasèmes. Unis par un même suffixe qui les rattache au même domaine d'appartenance, à savoir la phraséologie, phrasèmes et pragmatèmes se distinguent, cependant, par des racines qui, d'une part, les définissent en eux-mêmes et d'autre part, les hiérarchisent. 4 Pour ce qui est de la définition des pragmatèmes, la plus acceptée, même parmi les spécialistes qui ont abordé cette question sous d'autres dénominations 5 , est celle qui signale la fixation pragmatique comme le trait essentiel du phénomène pragmatémique. Dans ce sens, le pragmatème est essentiellement une unité phraséologique qui s'actualise dans le discours sous la forme d'un énoncé syntactiquement autonome, mais dont le figement formel, sémantique et pragmatique le rend dépendant de la situation d'énonciation. Cette dépendance est le résultat de l'intervention de multiples mais nous réserverons le premier aux constructions de la langue et le second aux théories et aux approches linguistiques.
doi:10.5507/ro.2020.002 fatcat:3l4czm3t6ngn7gqgjsvap4txaq