The preferences of saproxylic beetle species for different dead wood types created in forest restoration treatments

Tero Toivanen, Janne S. Kotiaho
2010 Canadian Journal of Forest Research  
Restoration by imitating natural disturbances is widely practised in boreal forests to increase the availability of habitats for specialized species. We studied the abundance and species richness of saproxylic beetles on different types of created dead wood during 2 years after restoration. The study was conducted on areas of a large-scale experiment in which Norway spruce (Picea abies (L.) Karst.) forests were restored by controlled burning and partial harvesting with down wood retention in
more » ... ood retention in southern Finland. More beetle species were attracted to spruces than to birches and more species were attracted to burnt trees than to unburnt trees killed by girdling. Birch-living species consistently benefited from fire, but on spruce, the abundance of cambium consumers and their associates was negatively affected by fire. Trees at harvested sites attracted more beetles in the first year, but the volume of down wood retention had only minor effects. Beetle assemblages were strongly altered by burning and harvesting. We conclude that burning and harvesting are efficient tools to promote species richness within a short time period, but there is a risk that the dead wood resource may be rapidly exhausted. Moreover, many saproxylic species of spruce forests may not be adapted to open habitats formed by stand-replacing disturbances. Résumé : La restauration qui imite les perturbations naturelles est largement utilisée dans les forêts boréales afin d'accroître la disponibilité des habitats pour les espèces spécialisées. Nous avons étudié l'abondance et la richesse en espèces des coléoptères saproxyliques pendant 2 ans sur les différents types de bois mort apparu à la suite d'une restauration. L'étude a été réalisée sur le territoire d'une expérience à grande échelle où des forêts d'épicéa commun (Picea abies (L.) Karst.) ont été restaurées par un brûlage dirigé et une coupe partielle avec rétention du bois au sol dans le sud de la Finlande. Plus d'espèces de coléoptères ont été attirées par les épicéas que par les bouleaux et plus d'espèces ont été attirées par les arbres brûlés que par les arbres non brûlés tués par annélation. Les espèces vivant sur le bouleau ont invariablement bénéficié du feu. Par contre sur l'épicéa, l'abondance des coléoptères qui attaquent le cambium et leurs associés étaient négativement affectés par le feu. Les arbres sur les stations coupées ont attiré plus de coléoptères durant la première année mais le volume de rétention de bois au sol a eu seulement des effets mineurs. Les assemblages de coléoptères ont été fortement modifiés par le brûlage et la coupe. Nous concluons que le brûlage et la coupe sont des outils efficaces pour favoriser la richesse en espèces sur une courte période de temps mais qu'il y a un risque que les ressources en bois mort soient rapidement épuisées. De plus, plusieurs espèces saproxyliques associées aux forêts d'épicéa ne sont peut-être pas adaptées aux habitats ouverts créés par les perturbations qui provoquent le remplacement des peuplements. [Traduit par la Rédaction]
doi:10.1139/x09-205 fatcat:nncr65mbdffbjdg4xuxuniz7cu