Van Gogh, le sans nom

Graciela Prieto
2013 Cliniques méditerranéennes  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 12/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 12/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Cliniques méditerranéennes, 88-2013 Graciela Prieto Van Gogh, le sans nom Le Nom-du-Père en se substituant au signifiant du désir de la mère capitonne le discours et noue l'Imaginaire à la signification phallique. Il introduit la dimension temporelle dans la succession et donc la discontinuité historisante qui sépare le sujet de la vacillation identificatoire de la relation spéculaire engluante à la mère. Lacan fera du Nom-du-Père le Sinthome du névrosé en tant qu'il est le quart terme qui noue Réel, Symbolique et Imaginaire. Sa forclusion dans la psychose conduit à un dé-chaînement du signifiant. Certaines identifications du sujet assumant le désir de la mère peuvent venir recouvrir ce vide. Il est dès lors nécessaire qu'une rencontre contingente faisant appel au Nom-du-Père fasse surgir son défaut.
doi:10.3917/cm.088.0267 fatcat:3dszgilezvb3jgtxizou3hciru