La Gallia Christiana (1656) des frères de Sainte-Marthe : une entreprise gallicane ?

Olivier Poncet
2009 Revue de l'histoire des religions  
Référence électronique Olivier Poncet, « La Gallia Christiana (1656) des frères de Sainte-Marthe : une entreprise gallicane ? », Revue de l'histoire des religions [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 02 octobre 2016. URL : http://rhr.revues.org/7268 ; DOI : 10.4000/rhr.7268 Ce document est un fac-similé de l'édition imprimée. Tous droits réservés OLI VIER PONCET École natio nale des chartes La Gallia christiana (1656) des frères de Sainte-Marthe : une entre prise
more » ... : une entre prise gal li cane ? La pre mière édi tion de la Gallia christiana, parue en quatre volumes en 1656, est due aux jumeaux Scévole (ou Gau cher) et Louis de Sainte-Marthe. La concep tion de cette oeuvre, les méthodes de réa li sa tion et le contenu de cette publi ca tion amènent à s'inter ro ger sur la place qu'elle a pu occu per dans le pay sage gal li can de l'époque. Le sour cilleux patro nage ins ti tutionnel et fi nan cier de l'assem blée du clergé de France ne consti tuait pas en soi un cer ti fi cat de gal li ca nisme. En dépit d'une polé mique vite éteinte à pro pos de notices jugées exces si ve ment favo rables à Saint-Cyran et à Jansénius, ce tra vail savant, aussi impec cable que pos sible pour l'époque, accom pa gnait le mou ve ment de conscience uni taire de l'Église de France consi dé rée comme la « pars nobilissima » de la Chré tienté. The Sainte-Marthe Brothers' Gallia Christiana : a Gal li can Enterprise ? The fi rst edition of the Gallia Christiana, issued in four volumes in 1656, was produced by the twin brothers Scévole (or Gau cher) and Louis de Sainte-Marthe. The design of this work and the methods of produc tion and content of this publi ca tion raise ques tions about the place it occupied in the Gal li can landscape of the time. However, in themselves the institutional and fi nancial patro nage of the French clergy did not constitute a certifi cate of Gallicanism. Despite a quickly extinguished controversy over the notices devoted to Saint-Cyran and Jansenius, this erudite research, as faultless as pos sible for its time, accompanied the movement towards a unitary consciousness of the Church of France, considered as Christendom's "pars nobilissima". Revue de l'his toire des reli gions, 226 -3/2009, p. 375 à 397
doi:10.4000/rhr.7268 fatcat:ljbvwld2crhmboifppqr24tkzy