Le problème de l'interférence : le cas de la traduction en suédois par les mots väl et antagligen

Sofia Wastesson
2010 Cahiers sens public  
Distribution électronique Cairn.info pour Association Sens-Public. © Association Sens-Public. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce
more » ... manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. 1. Notre corpus consiste en 60 textes littéraires, dont 15 suédois avec leurs traductions françaises, et 15 français avec leurs traductions suédoises. 2. La méthode pour calculer le degré de sous-emploi est la nôtre : pour väl, 46 / 166 = 0,28 ; väl s'utilise donc dans les traductions dans 28 % des cas où elle figure dans les textes originaux, ce qui donne un sous-emploi de 72 %. Pour antagligen, 19 / 95 = 0,20. Dans les textes originaux, antagligen ne s'utilise que dans 20 % des cas où elle figure dans les traductions, ce qui donne un suremploi de 80 % dans les traductions. 3. « Väll » dans (2) est une forme dialectale. 4. L'exemple est pris dans L'oratorio de Noël. Document téléchargé depuis www.cairn.
doi:10.3917/csp.013.0239 fatcat:joh4lcsyn5d5bd6mm23sygreba