Habiter la résonance ou depuis quel endroit de ma vie j'écris

Mireille Calle-Gruber
2005 Roman 20-50. Revue d'étude du roman du XXe siècle  
Distribution électronique Cairn.info pour Société Roman 20-50. © Société Roman 20-50. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Société Roman 20-50 | Téléchargé le 13/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.232.189) © Société Roman 20-50 | Téléchargé le 13/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.232.189) habiter la résonance ou depuis quel endroit de ma vie j'écris Liber, Jean-Luc Nancy le rappelle en frontispice à son ouvrage Sur le commerce des pensées, Liber c'est : la pellicule située entre l'écorce et le bois, « entre la pensée exposée et l'intimité noueuse, interface du dehors et du dedans, elle-même ni dehors ni dedans, tournée vers l'un comme vers l'autre, tournant l'un vers l'autre, retournant l'un dans l'autre » 1 . Et insistant sur l'état d'entre-deux du livre qui feuillette, ni ouvert ni fermé, chaque page-dedans tournant face-outside pour la suivante, Nancy y voit le truchement qui fait accéder à l'hiéroglyphe en chacun de nous. Ce n'est pas autrement que pourraient se penser, à mon sens, un « outside » et un « inside » de l'oeuvre Duras : indissociables, réversibles, passants. Inséparer outside-inside, c'est penser le livre, le processus livreur du livre. Pas un côté sans (son) autre. Penser : peser, panser, penser, dépenser : le mot se décline aussitôt. Penser, qui n'est ni savoir ni connaître, qui n'est ni savoir ni ne pas savoir, qui vient et va, pèse et passe à l'insu, fait écho, résonne, déplace incessamment l'aiguille mobile de la balance des lettres. Penser, c'est aussi « avoir l'impression », « croire » ; telle la phrase, récurrente, chez Duras : « c'est ce que je crois ». 1. -Jean-Luc Nancy, Sur le commerce des pensées, Paris, Galilée, 2005, incipit.
doi:10.3917/r2050.040.0065 fatcat:wmpku5fr7fdsxnzui2gh3vsfpq