Un nouveau défi pour la philosophie. Sur les Méditations pascaliennes de Bourdieu

Jérôme Melançon
unpublished
Une grande partie du travail intellectuel de Pierre Bourdieu a été de développer une sociologie de la sociologie et d'étudier les présupposés des sociologues ainsi que les conditions de possibilité de leur pensée. Il a entrepris ce travail dans le but de leur permettre une certaine marge de liberté face aux facteurs qui déterminent leur champ d'étude et de pratique, son objectif étant de revitaliser les sciences sociales. C'est dans ce contexte qu'il s'est donné la tâche de rendre compte du
more » ... endre compte du fonctionnement de la philosophie, qu'il avait très tôt laissée de côté pour se consacrer à la sociologie. La philoso-phie, affirme-t-il, est dans une certaine mesure un empêchement à la sociologie. Les philosophes, propose-t-il, dénoncent l'ambition scientifique que les sciences sociales affirment par leur définition même et n'y voient qu'un simple « effet de vérité » (Méditations pascaliennes, p. 48) ou effet de pouvoir. Ils redonnent de la sorte une forme acceptable philosophiquement et politiquement aux accusations les plus obscurantistes de la critique spiritualiste des sciences. C'est ainsi pour libérer les sciences sociales de la critique réaction-nelle que lui oppose la philosophie qu'il est nécessaire de libérer d'abord la philosophie. La parution récente en format poche des Méditations pasca-liennes 1 , où Bourdieu s'adresse à l'ensemble du monde intellectuel et académique, rend accessible à un plus large public ses considéra-tions non seulement épistémologiques, mais aussi existentielles (aux étudiants, surtout, dont l'habitus 2 n'est pas encore complètement formé par le champ philosophique). Le sociologue, s'appuyant sur plus de deux siècles de sociologie tout en prenant position contre elle, pose dans cet ouvrage un défi à la philosophie : en tant que dis-cours sur le réel, le discours philosophique doit aussi porter sur lui-Phares 157
fatcat:ven6ax2bvzalbogkq75aoyvk4i