De l'événement international à l'événement global : Émergence et manifestations d'une sensibilité mondiale

Jocelyne ARQUEMBOURG
2006 Hermès  
L'événement, un concept équivoque en sciences sociales Les sciences sociales appréhendent toujours le concept d'événement avec une relative méfiance. Les remises en question du rôle des événements en histoire comme en sociologie sont anciennes. Dès les années 1950, les historiens des Annales ont déplacé le repérage des causalités historiques du côté des processus de longue durée des «événements non salués comme tels» selon l'expression de Paul Veyne (1978). Soucieux d'en finir avec une histoire
more » ... positiviste qualifiée d'« événementielle », ils privilégièrent l'histoire des terroirs, des mentalités ou des représentations. L'événement devait alors être recherché du côté des «non-événements». De telles constructions étaient davantage redevables au travail de l'historien qu'au vécu des sujets. En fait, la posture distanciée de l'historien disqualifiait la portée des récits et des commentaires contemporains de l'événement, toujours soupçonnés de ne pas avoir le recul suffisant pour comprendre ce qui se passait. D'une certaine façon, l'historien pouvait, quant à lui, s'appuyer sur le travail de décantation accompli par le temps. Plus récemment, Pierre Nora a fait état du «retour de l'événement» sous ce qui lui semble, sa forme la plus monstrueuse, l'événement médiatique. L'événement contemporain n'existe plus sans sa médiatisation HERMÈS 46, 2006
doi:10.4267/2042/24050 fatcat:x3djomy2jzbsdhfvmdm6rdjvki