Dynamique de la flore et de la végétation des Niayes et du Bassin arachidier au Sénégal

Elhadji Faye, Hamidou Dieng, Jan Bogaert, Jean Lejoly
Journal of Agriculture and Environment for International Development-JAEID   unpublished
La réactualisation des données sur la flore et la végétation de deux grandes zones agro-écologiques du Sénégal (les Niayes et le Bassin arachidier) a été abordée en utilisant l'approche terroir pour mieux envisager la gestion conservatoire des ressources ligneuses. Des sites de références ainsi que les résultats des travaux de Trochain (1940) ont été utilisés pour l'évaluation de la dynamique de la flore. Par stratification basée sur les villages ou groupes ethniques (Peul, Sérer et Wolof), les
more » ... érer et Wolof), les systèmes d'utilisation des terres et la topographie, 288 relevés ont été réalisés, dans 6 terroirs villageois et 25 dans les sites de référence. Les données obtenues ont été soumises à des analyses multi-variées. L'indice de similarité de Sørensen a permis de tester la communauté végétale des sites de référence et des terroirs. Les résultats phytosociologiques ont montré l'individualisation de onze groupements (G) dont d'une part, deux de savane (G4 à Hexalobus monopetalus et Gardenia ternifolia et G8 à Acacia macrostachya et Ischaemum rugosum), un de forêts secondaires (G10 à Aphania senegalensis et Voacanga africana) et deux autres issus des végétations semi-aquatiques (G1 à Ipomoea aquatica et I. dichroa et G5 à Phragmites australis subsp australis et Paspalum vaginatum) qui sont les plus proches des situations naturelles, d'autre part deux de milieux perturbés (G6 à Echinochloa colona et Jussiae erecta et G7 à Dactyloctenium aegyptium et Brachiaria disticophylla) et quatre de milieux cultivés et post-culturaux (G2 à Brachiaria disticophylla et Cenchrus biflorus, G3 à Celosia trigyna et Digitaria velutina, G9 à Tephrosia purpurea et Cenchrus biflorus et G11 à Mitracarpus scaber et Eragrostis tremula). Les premiers groupements sont progressivement envahis par les espèces des milieux perturbés, et les seconds par les espèces rudérales et nitrophiles. Trois cent trente six (336) espèces ont été recensées : 260 dans les Niayes et 176 dans le Bassin arachidier. Les sites de référence sont toujours plus riches en genres et les terroirs de l'ethnie peul en espèces. Des différences sont notées entre la flore actuelle et celle des groupements de 1940. Une extension de l'approche terroir dans les autres zones éco-géographiques du Sénégal est proposée.
fatcat:tgztoajkq5czpelx76qpmjmvmq