Die Linke en 2013 : paradoxe d'un recul électoral et d'un succès autoproclamé

Dominique Herbet
2013 Allemagne d'aujourd'hui  
Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui | « Allemagne d'aujourd'hui » 2013/4 N° 206 | pages 131 à 139 ISSN 0002-5712 ISBN 9782757404362 Article disponible en ligne à Distribution électronique Cairn.info pour Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui. © Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
more » ... orisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui | Téléchargé le 22/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.160) © Association pour la connaissance de l'Allemagne d'aujourd'hui | Téléchargé le 22/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.160) Dominique Herbet* « Wahlziel verfehlt und trotzdem im Glück » 1 pouvait-on lire à propos de Die Linke en 2013, à la une de Super-Illu-Online, magazine qui symbolise le fossé médiatique Est-Ouest en République fédérale, est à classifier dans la presse de boulevard et se donne pour ligne éditoriale de défendre les intérêts des Allemands de l'Est, ce qui place la critique dans une lumière particulière. En 2012, Die Linke a élu une nouvelle direction bicéphale à la tête du parti : Katja Kipping et Bernd Riexinger ont remplacé Gesine Lötzsch et Klaus Ernst, dont le bilan était très controversé 2 . Depuis 2010, Die Linke était en effet confronté à une crise interne, exploitée par les autres partis et les médias dans des campagnes de presse qui débouchaient invariablement sur le caractère anticonstitutionnel des objectifs poursuivis et l'impossibilité de former une coalition gouvernementale avec l'ex-SED : il s'agissait essentiellement d'une fracture Est/Ouest, axée entre autre autour du rejet de toute coalition avec le SPD 3 . Les « réalistes » du courant principal s'opposaient aux « fondamentalistes » des Plate-forme communiste ou Forum marxiste, par exemple.
doi:10.3917/all.206.0131 fatcat:6r4obdaea5ftljj6bh3mvwr6lq