Classification des levures du genre Candida et Mycoderma. Caractères morphologiques et physiologiques

Manuel Ansel, Cécile Gauthier
1954 Annales de Parasitologie Humaine et Comparée  
L'utilisation persistante par les médecins de termes impropres qui provoquent d'invraisemblables confusions entre des espèces ou des genres très éloignés, tels les M onilia et les Candida, l'imprécision de certains genres tels le genre M y co d e rm a et enfin l'abus de carac tères inutiles qui encombrent les tableaux de spécification et les rendent d'utilisation difficile, nous ont incités à relever les erreurs courantes, à préciser des caractères nécessaires ou suffisants, enfin à donner un
more » ... enfin à donner un tableau aussi simple que possible des différentes espè ces du genre Candida, pouvant permettre au médecin de déterminer en laboratoire les espèces pathogènes ou rencontrées dans des lésions. I. -MORPHOLOGIE : Mycélium et Pseudomycelium Délimitation du genre C an d id a Ce genre groupe des champignons levuriformes anascosporés monocellulaires dans les milieux liquides, mais susceptibles sur certains milieux de donner naissance à des formes filamenteuses. La multiplication végétative se fait par blastospores et jamais par arthrospores. D'autre part, il y a un pseudomycélium ou même un véritable mycélium, ce qui les oppose à un ensemble de six genres qui n'auraient jamais de vrai mycélium et dont le pseudomycélium serait toujours absent, ou tout au moins rudimentaire. Le tableau suivant donne la classification admise par Lodder et Kreger Van Rij. Ann. de Parasitologie, t. X X IX , n° 1 -2 . -1954. Nous observerons que Lodder et Kreger Van Rij signalent par exemple un franc m ycéliu m dans les espèces suivantes de C andida : albicans, m esen terica, tropicalis, h um icola, lipolytica. Langeron, dans son P récis de M ycologie, ne précise pas la clas sification des levures blastosporées. Notons toutefois qu'il exclut nettement le genre T richosporon de la famille de C ryptococcaceae , avec juste raison, puisque par ses arthrospores ce genre se rattache aux G eotrichum . Le manuscrit de sa deuxième édition n'ayant pu être retrouvé, il nous reste cependant d'avoir pu recueillir son opi nion, la plus récente qu'il nous a exposée à ce sujet, dans les avantdernières leçons faites en 1948 à la Faculté de Médecine de Paris. La classification donnée était la suivante :
doi:10.1051/parasite/1954291148 fatcat:7rupnm2r65hmjovfybzh7ew4ja