LA CONSERVATION DU VIHUS 'DE LA PESTE BOVINE PAR LYOPHILISATION par

A Rafyi, M Kaweh, H Ra~iian'
unpublished
La difficulté de faire des passages, in vivo, sur bovins de race sensible au virus de la peste bovine est bien connue de ceux qui ont la responsabilité de préparer du vaccin antipestique. Les méthodes employées par différents chercheurs pour con-server la vitalité des virus sont nombreuses, mais actuellement la plupart des auteurs utilisent la méthode de lyophilisation. Entre nos mains cette méthode donne rie bons résultats, mais le comportement des diverses souches est assez variable. Depuis
more » ... variable. Depuis la dernière épizootie de la peste bovine qui est appa-rue en 1949 au Nord-Est de l'Iran, venant d'un des pays voisins, J'Institut Razi avait la responsabilité de produire du vaccin inactivé, soit au laboratoire central d'Hessarek, soit dans une succursale locale. Rappelons que la vaccination semi-obligatoire par le vaccin formolé de Curasson et Delpy nous a permis en cette circonstance d'empêcher l'extension de la maladie vers J'intérieur du pays, puis de juguler l'épizootie en moins d'un an. Afin de parer à l'éventualité d'une nouvelle apparition de la peste, J'Institut devait rester en état de produire à tout moment du vaccin en quantité suffisante. Au début nous utilisions pour conserver nos souches des passages sur bovins d'une race très sensible (Mazan-daran), mais cette méthode est très coùteuse, les passages dHant être faits tous les huit jours. Pour obvier à cet inconvénient, nous avons essayé de consener • Ann. Inst. Pasteur. 1955, 88, 793
fatcat:kkypt2mj6va55f24qgxwcfmq5e