Psychanalyse et sexualité

Brett Kahr
2009 Dialogue  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 11/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.158) © ERES | Téléchargé le 11/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.158) DIALOGUE -Recherches cliniques et sociologiques sur le couple et la famille -2009, 1 er trimestre PORTIA Dans le pacte de notre mariage, dites-moi, Brutus, y a-t-il cette restriction que je ne dois pas connaître les secrets qui vous touchent ? Ne suis-je un autre vous-même que sous certaines réserves, dans une certaine mesure, pour vous tenir compagnie à table, réchauffer votre lit, et causer parfois avec vous ? N'occupé-je que les faubourgs de votre bon plaisir ? Si c'est là tout, Portia est la concubine de Brutus, et non son épouse. BRUTUS Vous êtes ma vraie et honorable épouse ; vous m'êtes aussi chère que les gouttes vermeilles qui affluent à mon triste coeur. PORTIA Si cela était vrai, je connaîtrais ce secret. Je l'accorde, je suis une femme, mais une femme que le seigneur Brutus a prise pour épouse. Je l'accorde, je suis une femme, mais une femme de bonne renommée, la fille de Caton ! Croyez-vous que je ne suis pas plus forte que mon sexe, étant ainsi née et ainsi mariée ? Dites-moi vos pensées ; je ne les révélerai pas. J'ai fait une forte épreuve de ma fermeté, en me blessant volontairement ici, à la cuisse. Je puis porter cette douleur avec patience, et pourquoi pas les secrets de mon mari ?
doi:10.3917/dia.183.0011 fatcat:rmpjtt7apfcoref4vvjqacute4