Divagations serieuses

Julien Tiersot, Camille Saint-Saens
1922 Revue de musicologie  
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms of scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org. This content downloaded from 155.247.166.234 on Sat, 26 Dec 2015 21:18:14 UTC All use subject to JSTOR Terms and Conditions BIBLIOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE
more » ... LIOGRAPHIE l'absence de quantite de noms estimables, et il n'a nullement pr6tendu restreindre le nombre des representants de la Musique franqaise contemporaine aux quinze artistes dont il dessine de suggestifs portraits. Dans une langue ferme, coloree, pittoresque, riche en expressions neuves et qui, sans aucun pedantisme, laisse sourdre une vaste culture, M. Cceuroy determine les caract6ristiques actuelles de quinze musiciens contemporains. Nous disons les caracteristiques actuelles, car chaque epoque modifie les points de vue d'oui l'on jugeait avant elle, et en appelle bien souvent des sentences rendues anterieurement. D'une faqon generale, il n'existe pas de jugement definitif a l'egard d'un artiste donne ; il n'existe qu'une somme d'appreciations diverses, emises d'age en age, appreciations qui se corrigent et se compensent les unes les autres, en exploitant les connaissances nouvellement acquises. D'ou les fluctuations que subit l'histoire des opinions. Mais le critique sincere et sympathique aux hommes et aux ceuvres qu'il Atudie s'assureune position solide durantcette evolution. Lereculdu temps pourra entrainer la revision de certaines de ses conclusions; il ne touchera ni a sa sincerite ni a sa soif de clairvoyance. Aussi, le livre de M. Coeuroy, qui reflete un esprit largement ouvert, attache passionnement a scruter l'avenir de la musique, merite-t-il toute attention. I1 sera, sans nul doute, une des poutres maitresses du futur edifice critique. L. DE LA LAURENCIE.
doi:10.2307/925229 fatcat:mqecs446dvanrgebsskuxblxuq