Les nouveaux immigrants ressentent-ils une culpabilité collective pour les injustices historiques de leur société d'adoption ?

Julie Caouette, Donald M. Taylor
2005 Les cahiers internationaux de psychologie sociale  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Liège. © Presses universitaires de Liège. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... me et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Résumé : Plusieurs sociétés occidentales sont appelées à s'amender de leur passé colonial. Concurremment, on note un intérêt grandissant à explorer la culpabilité collective qui peut être ressentie lorsqu'un individu admet que son groupe ait traité un autre groupe injustement. Compte tenu de la diversité culturelle croissante des sociétés occidentales, il apparaît important d'étudier comment les nouveaux immigrants font face au passé négatif de leur pays d'adoption. Dans deux études, nous avons exploré comment des Canadiens de différentes générations d'immigrants ressentent de la culpabilité collective quant au passé colonial canadien. Nos résultats suggèrent que les nouveaux immigrants ressentent autant de culpabilité collective que les Canadiens de souche, et parfois même plus.
doi:10.3917/cips.067.0137 fatcat:aqmisfz7bzcnplzc3k4stik4t4