Improved radiation thermometry measurement uncertainty through implementing a primary scale in an industrial laboratory

Jon R. Willmott, David Lowe, Mick Broughton, Ben S. White, Graham Machin, Bernard Larquier
2015 17th International Congress of Metrology   unpublished
Une échelle de température primaire nécessite la réalisation d'une unité à partir de sa définition. Pour la thermométrie de radiation, aux températures les plus élevées, dans l'Échelle internationale de température de 1990, cela consiste à extrapoler à partir du signal mesuré à la température de congélation de l'or, d'argent ou de cuivre en utilisant la loi de rayonnement de Planck. La difficulté induite est liée à la nécessité d'un équipement spécialisé caractérisé minutieusement afin de
more » ... ement afin de parvenir à l'extrapolation avec une précision suffisante. En tant que tel, la réalisation de l'échelle à des températures élevées est habituellement seulement pratique pour les instituts nationaux de métrologie ; les laboratoires d'étalonnage doivent compter sur une copie de l'échelle. A des températures plus basses, il est pratique pour un laboratoire d'étalonnage industriel d'avoir sa propre réalisation de l'échelle de température primaire, ce qui réduit le nombre d'étapes entre l'échelle principale et l'utilisateur final. Les modifications proposées au SI qui introduiront des points fixes de référence à haute température, internationalement reconnus, pourraient rendre pratique d'avoir une échelle de température élevée primaire dans un laboratoire d'étalonnage. Dans cette étude, une telle échelle a été établie par l'étalonnage de pyromètres directement aux points fixes de référence à haute température. La réduction de l'incertitude accessible à un utilisateur final à la suite de ce raccourcissement de la chaîne de traçabilité a été évaluée.
doi:10.1051/metrology/20150015004 fatcat:gdoedcrtvjefbhroc4gaunya4m