Evolution et diversité végétale en Corse suite à la déprise agricole

SAID (Sonia), RAMEAU (Jean-Claude), BRUN (Jean-Jacques)
2003 Revue Forestière Française  
La recolonisation forestière naturelle suite àl'abandon des terres agricoles, c'est-à-dire la succession secondaire, a beaucoup été étudiée en région méditerranéenne (Tatoni et Roche, 1994), quoique plus rarement en Corse (Saïd et al ., 2001) . Cette île méditerranéenne est pourtant une région très intéressante pour mener de telles études compte tenu de la complexité dynamique dérivant du pâturage, des incendies et de l'urbanisation. En Corse, depuis une cinquantaine d'années, la pression
more » ... , la pression anthropique à l'intérieur de l'île afortement diminué , ce qui aentraîné une recolonisation forestière naturelle après abandon d'une durée variable selon les sites. Ce changement d'usage des espaces a modifié plus ou moins rapidement la végétation (Barbero et Quezel, 1988), de façon qualitative et quantitative (Lepart et Escarré, 1983). Cette recolonisation naturelle progressive intéresse non seulement les forestiers, pour la gestion et l'aménagement des territoires, mais aussi les scientifiques qui souhaitent mieux connaître la structure, le fonctionnement et la dynamique des communautés végétales au cours de la succession secondaire. De plus, un grand nombre de communautés végétales héritées d'activités humaines (déboisement, pâturage ou incendie) sont classées au titre de la conservation de la biodiversité par l'Union européenne. Il est donc intéressant d'étudier le fonctionnement et la dynamique des communautés suite àl'abandon des terres. -de quantifier le temps de passage et la durée de chaque stade dynamique au cours de la succession post-pastorale ; -et d'émettre des hypothèses quant aux mécanismes mis en jeu lors des successions secondaires en Corse, en leur appliquant les différentes théories élaborées au cours du XX e siècle. Rev. For. Fr.
doi:10.4267/2042/5196 fatcat:cnxnfkhflrh43pycnhgkchu5wu