Les « habitants de rue » à Rio de Janeiro (Brésil) : la gestion des intolérances

Delma Pessanha Neves
2004 Espaces et sociétés  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) À Rio de Janeiro, l'appropriation (réprouvée) de la rue par les misérables s'est aggravée à partir des années 1980. Au même moment, dans les principales villes du monde, certains pauvres ont imposé publiquement leur présence (Gaboriau, 1993 ; Guillou, 1998 ; Hutson et Liddiard, 1994 ; Jencks, 1995) . Dans la société brésilienne, la polarisation de l'inégalité sociale constitue une dynamique qui a tendance à s'accentuer. Le Brésil figure parmi les pays où les écarts entre richesse et pauvreté sont les plus accentués. Une fois reconnu, ce phénomène a provoqué quelques interventions des pouvoirs publics et la mobilisation de citoyens brésiliens, visant avant tout à légitimer certaines pratiques redistributives d'inspiration philanthropique et humanitaire. Mais elles ne remettent pas en cause le modèle de concentration des revenus. Au contraire, on constate la diminution du nombre de travailleurs employés légalement, la croissance du taux de chômage et, en conséquence, l'augmentation des travailleurs « informels » (21 % de la population occupée, selon les données de l'Institut brésilien de statistiques, IBGE). Les « habitants de rue » à Rio de Janeiro (Brésil) : la gestion des intolérances Delma Pessanha Neves © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83)
doi:10.3917/esp.116.0047 fatcat:3jumnabesvgmrhr54odyfy3weq