Cultures, humanités, sciences Remarques sur l'historicité du problème multiculturel

Frédéric Dupin
2006 Le philosophoire  
Distribution électronique Cairn.info pour Vrin. © Vrin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Vrin | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Vrin | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Le Philosophoire, n°27, 2006, p. 97-135 Cultures, humanités, sciences Remarques sur l'historicité du problème multiculturel Frédéric Dupin e travail se propose de réfléchir à la formulation présente du problème multiculturel, c'est-à-dire à l'articulation, classique, entre l'universel et le singulier dans l'intelligence des sociétés humaines parvenues au stade contemporain. Nous entendons montrer qu'il n'est possible de sortir des antinomies induites par les prétentions concurrentes des sciences humaines et de la rationalité philosophique qu'en réfléchissant sur la possibilité d'une authentique culture scientifique. Nous souhaitons ainsi dégager un chemin jusqu'à la lecture de l'oeuvre de Comte, qui nous paraît contenir les bases lucides d'une telle culture. En l'espèce, le but de cet article est de légitimer un possible, non d'en fournir directement la réalisation ; il ne s'agit donc que d'une invitation lucide à méditer Comte. Les limites de ce travail imposent de plus de s'en tenir à la seule architecture du raisonnement. Nous espérons que les indications bibliographiques données en note et la sagacité du lecteur pallieront aux lacunes et à la sécheresse de certaines parties de l'argumentation. Partons d'une distinction élémentaire. Le terme de culture peut désigner, dans la langue commune, indifféremment deux idées principales. D'une part, il caractérise l'ensemble des caractères hérités par l'éducation et définissant en propre l'appartenance à un groupe humain spécifique. On parle alors de phénomène culturel, par opposition à ce qui serait propre à tout homme en tant qu'homme, c'est-à-dire donné dès l'abord dans les conditions biologiques ou pré-éducatives de l'existence humaine. Le terme apparaît ainsi comme un synonyme extensif du mot « moeurs », à la différence toutefois, qu'il rend compte de comportements sociaux caractéristiques sans les intégrer directement dans une perspective morale, de louange ou de blâme (o tempora, o mores...). Le registre du « culturel » apparaît en effet plus explicitement C 7 Ainsi du refus d'user d'un langage ampoulé devant ses juges, Platon, Apologie de Socrate 17b-c. 8 « Car par nature il n'y a point de pays distingué, non plus que de maison, ni d'héritage, ni de boutique de serrurier ou de chirurgien... », Plutarque, Du bannissement et de l'exil, OEuvres morales, XXII.
doi:10.3917/phoir.027.0097 fatcat:6tukkho7svhkzdhrgns2wjq5fm